Mascarades. Lyes Salem

Mascarades, Lyes SalemIl était une fois une princesse atteinte d’une étrange maladie : elle s’endormait irrésistiblement à toute heure de la nuit et, hélas, du jour pareillement. Son frère Mounir qui veillait sur elle comme sur un trésor ne savait comment la guérir. Quant aux gens de ce petit village d’Algérie, tous les prenaient, lui pour un simple d’esprit, elle pour une fille impossible à marier. Un jour, Mounir en eut assez des quolibets et voulu montrer à tous qu’il trouverait pour sa petite princesse Rym un prince digne de ce nom, dont la cravate seule voudrait toutes les maisons du bled. Mais si le riche prétendant n’existait que dans l’imagination de Mounir, il l’annonça avec tant de conviction que tout les médisants du village se mirent à y croire. L’idée de l’or les excita tant qu’elle les transforma aussitôt en courtisans…

Existait en revanche, lui tout à fait réel, un jeune homme très beau mais très pauvre, sincèrement épris de Rym, laquelle le lui rendait tout aussi tendrement. Comme il n’était pas prince, bien des épreuves l’attendaient pour convaincre Mounir de son mérite.

Mascarades est un conte où, si poids des traditions et modernité se mêlent, ni l’un ni l’autre n’en sont véritablement le sujet. Il met en scène une Algérie d’aujourd’hui, débordante de vie, de chants et de superbe, où se jouent des mécaniques universelles : celles de l’importance du regard de l’autre, de la conformité au groupe auquel on appartient malgré tout, de la pression et de la force du collectif, de la facilité de ses retournements ; mais aussi celle du désir, lorsqu’on se sent différent, d’en "jeter" aux autres pour gagner leur respect.
Équilibre difficile à trouver, trajectoires on ne peut plus périlleuses. C’est exactement dans cette situation que cette brillante comédie place ses personnages : sans cesse en mouvements et animés d’une émotion sincère et, en même temps, toujours au bord du précipice. A tout moment, on se dit que le pire peut arriver, ou bien que l’histoire peut tomber dans une suite convenue. Mais la scène suivante n’est jamais celle que l’on attend. A un rythme effréné, les protagonistes, plus attachants les uns que les autres (des rôles magnifiques, extrêmement bien joués) conduisent le spectateur du rire à l’étonnement, de l’étonnement au ravissement et du ravissement à l’émotion.
La légèreté autorise l’expression de sentiments profonds ; telle est l’élégance dont fait preuve Lyes Salem, qui sait le pouvoir enchanteur des contes, celui de fabriquer de merveilleuses histoires pour mieux parler, au fond, des grands rêves et des faiblesses des Hommes.

Mascarades
Un film de Lyes Salem
Avec Lyes Salem, Sara Reguigue, Mohamed Bouchaïb
Durée 1 h 32

Facebooktwitter

Une réflexion au sujet de « Mascarades. Lyes Salem »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Loading Facebook Comments ...