How does it feel ? Ugo Rondinone au CENTQUATRE

Le Centquatre à l'automne 2009Vu de loin, il est un peu difficile à appréhender, ce fameux CENTQUATRE. Centre d’artistes davantage que centre d’exposition, lieu de création multidisciplinaire dont les ateliers peuvent être visités à certains moments, et en même temps ouvert au public jusqu’à 21 h, voire jusqu’à 23 h… Finalement, quand se déplacer dans ce coin du XIXème arrondissement, et pour y voir quoi ? Un an après son ouverture, l’installation de l’artiste suisse aux multiples talents, Ugo Rondinone, dont le titre How does it feel plaît déjà beaucoup, provoque enfin l’occasion d’une visite.

Est-ce le calme de la mi-journée d’un beau samedi d’automne qui rend la surprise si agréable ? Le lieu séduit immédiatement, et son côté un peu inclassable n’y est certainement pas pour rien. L’architecture aux dimensions impressionnantes de la fin du XIXème siècle, qui abritait autrefois le service municipal des pompes funèbres a été conservée, avec ses lignes simples et aérées. Le bâtiment est largement ouvert sur le ciel, soit directement soit grâce à ses verrières, mais il est aussi un univers en soi. A peine fini ou en devenir, brute et élégante, l’enfilade d’espaces, ici jardin, là librairie, plus loin snack, donne envie de s’arrêter partout. Mais l’attrait de l’installation d’Ugo Rondinone l’emporte. Elle est presque au fond, on ne peut pas la louper, une petite maison carrée dont les murs blancs quadrillés de noir figurent des briques.

Tandis qu’une télévision déroule un documentaire sur le montage du projet expliqué par l’artiste, les visiteurs isolés font le tour de l’oeuvre et recommencent, car l’entrée est invisible ! Quant enfin on aperçoit la porte dissimulée dans la façade, on passe de l’espace monumental et semi-ouvert du CENTQUATRE à un lieu petit, carré et parfaitement clos. L’intérieur est aussi minimaliste que l’extérieur. Sol en béton, textile gris aux murs, néons au plafond. Une bande-son diffuse une conversation en anglais entre un homme et une femme. Puis le même dialogue est repris, rôles inversés. Banale et courte, la conversation nous rapproche de Beckett et nous renvoie à nous-même. Un seul regret : que l’on ne puisse s’asseoir, car la douceur et le caractère obsédant des bruissements de voix donne envie de s’installer un moment.

La halte se fera donc dans le passage du CENTQUATRE, les bancs des tables de bois au soleil y invitent. De là, un autre spectacle, lui vivant et improvisé, commence : des jeunes du quartier profitent de l’endroit pour s’entraîner à danser, dans leur coin et ensemble, en silence, ou la musique à l’oreillette. Passionnant à voir (il y a quelques surdoués), réjouissant aussi, car ils ont vraiment l’air de se faire plaisir.
Il faudra quand même finir par partir, après un antépénultième arrêt au jardin, urbain, branché, un programme en soi, suivi d’un dernier à la librairie (tout à fait conseillée). Le restaurant, lui, n’est pas encore prêt, mais on peut se restaurer soit au café-terrasse à l’autre bout, soit carrément sur les tables-bancs-parasols de tout à l’heure, en achetant une pizza à la guitoune.
C’est frais, et ça fait du bien.

How does it feel
Ugo Rondinone
Une manifestation du Festival d’Automne
CENTQUATRE
104 rue d’Aubervilliers / 5 rue Curial – Paris XIX°
Du mar. au dim. de 11 h à 21 h et jusqu’à 23 h les ven. et sam.
Jusqu’au 10 janvier 2010
Entrée libre

A découvrir également du même artiste :
Sunrise east dans le jardin des Tuileries
Jusqu’au 15 novembre 2009, de 7 h 30 à 19 h 30, entrée libre

Facebooktwitter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Loading Facebook Comments ...