Le livre au Grand Siècle. L’art du livre (1/4)

discours de la methodeLe « Grand Siècle » évoque les splendeurs de Versailles, le classicisme français, le siècle de Louis XIV, l’apogée du l’absolutisme.

En revanche, le XVII° siècle est du point de vue de l’art du livre un siècle d’austérité.

Cette période n’a connu en ce qui concerne les métiers du livre aucune innovation technologique importante par rapport l’époque de Gutemberg.
L’esthétique du livre est même en retrait par rapport à la Renaissance.

Raison essentielle : le papier, élément important du prix de revient du livre, et dont la France est alors le premier producteur en Europe, se voit lourdement taxé (à hauteur d’environ 30 %) suite à la décision prise par Richelieu en 1630 pour financer la guerre de 30 ans.
En conséquence, on va rogner sur la qualité du papier.

Par ailleurs, se généralise au XVII° siècle une nouvelle technique de gravure : la gravure en taille-douce, qui se fait sur cuivre et donne un rendu plus fin que la gravure sur bois. Mais elle oblige à recourir à la presse en taille-douce, qui demande plus de temps et d’argent.
Dès lors, l’image se raréfie. On assiste à un « divorce » entre le texte et l’image : d’un côté des livres, d’un autre des estampes.

Ainsi, dans la plupart des livres, l’essentiel des images sera constitué soit d’un frontispice (gravure placée en regard du titre), soit de portraits.

En matière typographique, on se contente d’unifier les caractères mis au point au XVI° siècle, à savoir ceux de Claude Garamond.

A cette époque, l’essentiel de l’innovation a en fait lieu dans les Pays-Bas du Nord (Provinces Unies), où les imprimeurs Hollandais fabriquent – selon un procédé tenu secret – une encre de qualité supérieure, plus brillante, nette, propre.
La famille Elzévir, établie à Leyde et Amsterdam, conçoit en outre des caractères qui seront imités en Belgique et en France.
Mais la nouveauté la plus importante tient à la mise en page : afin d’aérer le texte et respecter l’articulation de la pensée, on introduit des alinéas et des paragraphes.
Le pionnier est René Descartes : il insistera pour que les imprimeurs respectent ses paragraphes ; Le Discours de la méthode sera d’ailleurs édité pour la première fois aux Pays-Bas (image).

« Point zéro » de l’art du livre en France, le XVII° siècle est toutefois l’époque au cours de laquelle l’offre d’imprimés va augmenter de façon spectaculaire : on s’achemine alors vers le « livre populaire ».

Tel est le programme de demain…

Le livre au Grand Siècle. Bibliothèque Nationale de France
Cycle Histoire du livre, histoire des livres
Conférence de Jean-Dominique Mellot,
Service de l’inventaire rétrospectif
Conférence du 8 mars 2007
Le découpage et le titre sont le choix de Mag

Facebooktwitter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Loading Facebook Comments ...