La photographie publicitaire en France, de Man Ray à Jean-Paul Goude

publicite_basAvec La photographie publicitaire en France, de Man Ray à Jean-Paul Goude, le musée de la Publicité met à l’honneur un pan de la création photographique relativement méconnu et considéré généralement comme peu noble.

Le parcours chronologique permet d’embrasser les évolutions de la photographie publicitaire – et d’une certaine manière de la publicité – de sa naissance dans les années 1930 jusqu’à la période actuelle.

190 tirages et divers imprimés (annonces de presse, plaquettes, catalogues …) sont exposés dans un espace aéré et surprenant, aux murs anciens et épurés.

Les premières photos publicitaires étaient exclusivement dédiées aux produits de luxe : noir et blanc superbe, angle de vue et cadrage très étudiés, elles érigeaient l’objet en œuvre d’art.

D’un esthétisme raffiné, elles donnent au visiteur une impression de grande actualité, voire de modernité. Ces photographies publicitaires, signées François Kollar, Maurice Tabard ou encore André Vigneau étaient destinées à des brochures de luxe.

Les publicitaires mettront du temps avant de choisir la photographie pour illustrer leurs affiches.
Ce n’est qu’à partir des années 1950 et 1960, avec la montée en puissance progressive de la consommation de masse, que la photographie, venant alors remplacer l’affiche peinte, est utilisée pour vendre des produits de consommation courante.
Les publicitaires ont recours à un procédé de mise en scène inspiré de la mode américaine : montrer non plus l’objet seul, mais tel qu’il pourra être utilisé par le client potentiel.

La période des années 1970 et 1980 met en évidence les recherches créatives des photographes publicitaires contemporains.
On est ainsi passé de la simple représentation de l’objet ou de la situation à la suggestion d’une idée ou d’une sensation (photos de Claude Ferrand, Guy Bourdin), puis à une stylisation encore plus poussée, avec des photos dont la « patte » de tel ou tel publicitaire est aisément identifiable (Serge Lutens, Jean-Paul Goude).


Coups de cœur de Mag :

Les très belles photos de Jean-Loup Sieff (ci-dessus).
L’affiche publicitaire des années 1950 signée Lucien Lorelle, portant le slogan « Dévorez les livres » et montrant le visage du comédien Gérard Philipe croquant à pleines et belles dents dans un livre déjà bien entamé.

La photographie publicitaire en France, de Man Ray à Jean-Paul Goude
Musée de la Publicité
107, rue de Rivoli – Paris 1er
Jusqu’au 25 mars 2007
Du mardi au vendredi de 11 h à 18 h
Samedi et dimanche de 10 h à 18 h
Jeudi nocturne jusqu’à 21 h
Billet couplé avec le Musée des Arts Décoratifs : 8 € (TR : 6,50 €)

Facebooktwittergoogle_plus

9 réflexions au sujet de « La photographie publicitaire en France, de Man Ray à Jean-Paul Goude »

  1. Il n’y a pas de quoi, il m’arrive aussi parfois de faire l’erreur 😉

    Pour information et contrairement à ce qu’un commentaire pour le moins
    étonnant accompagnant cette affiche laissait entendre lors d’une expo
    précédente (je n’ai pas vue la dernière, j’espère qu’ils n’ont pas
    renouvelé…) la photo de cette affiche n’a pas été improvisée par Gérard
    Philipe ni prise "en vitesse" par Lucien Lorelle.

    Elle fut réalisée au cours de plusieurs séances de travail, le tout
    soigneusement élaboré, préparé et mis en scène par Lucien Lorelle. Le nombre de
    photos qui ont été prises pour cette seule affiche et de tout le "making of" en
    sont la preuve.

    Les négatifs de cette affiche et des neuf autres affiches de la campagne du
    livre font toujours partie intégrante du fonds photographique Lucien
    Lorelle.

    Ceci n’enlevant rien au talent de Gérard Philipe.

  2. Je suis justement à la recherche d’infos sur le déroulement de ces différentes séances photos entre Lucien Lorelle, Henri Sjöberg (le publicitaire), et Gérard Philipe. Je prépare un site sur G. Philipe et j’aimerais savoir s’il est possible d’accéder aux "fonds photographiques" de L. Lorelle… A moins que cela ne soit très privé, protégé et qu’il ne reste aucune histoire de cette grande campagne – ce qui serait étonnant.
    Merci de bien vouloir répondre, pour me donner quelques renseignements si quelqu’un en possède.

  3. Petit fils de L.Lorelle je peux donner quelques renseignement sur certaines scéances de la réalisation des photographies de L.L.Je suis de plus détenteur du fond Lucien Lorelle me contacter sur mon Email

  4. Petit fils de L.Lorelle je peux donner quelques renseignement sur certaines scéances de la réalisation des photographies de L.L.Je suis de plus détenteur du fond Lucien Lorelle me contacter sur mon Email

  5. Bonsoir, je viens de découvrir votre réponse. Je serais enchantée d’échanger avec vous afin de découvrir davantage à propos de cette campagne. Je suppose que vous êtes la personne la mieux renseignée.
    Je réponds ici, car votre adresse mail ne m’est pas accessible si vous ne l’écrivez pas à l’intérieur d’un commentaire…
    Merci de bien vouloir me la donner.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading Facebook Comments ...