Arcimboldo au Musée du Luxembourg

Arcimboldo, PrintempsCes têtes anthropomorphiques faites de fruits, de fleurs, d’animaux, maintes fois reproduites font partie de notre paysage, de notre culture picturale commune. On croit les avoir toujours vues.

Et pourtant, de sa mort, à la fin du XVIème siècle jusqu’au XXème siècle, où il fut redécouvert, notamment grâce aux surréalistes, Arcimboldo (1526-1593) est demeuré dans l’oubli complet.

Et il a fallu attendre plus de temps encore pour qu’une importante exposition monographique lui soit consacrée. Voici chose enfin faite au Musée du Luxembourg à Paris jusqu’au 13 janvier 2008.

L’on s’aperçoit alors que de Giuseppe Arcimboldo on ne connaissait rien du tout. Que plus que jamais les pâles reproductions ne donnent pas à connaître l’oeuvre peinte.
Mais aussi, et cela a quelque chose de merveilleux, qu’une part de mystère demeure inviolée. Celle du sens, bien sûr.

Quelle mouche a piqué ce portraitiste, concepteur de fêtes, de décors et de costumes à la cour des Hasbourg, pour se mettre à peindre ces figures indescriptibles, natures mortes à visage humain, s’amusant même à créer des portraits réversibles (un miroir placé dessous permet d’apprécier le génie des deux perspectives) ?
L‘Automne, tutti fruti, a pour pomme d’Adam une poire et L‘Eau, tout poissons, coquillages et crustacés, porte un collier et une boucle d’oreille en perles fines. Et que dire des représentations des métiers, ultra-caricaturistes, tel le bibliothécaire, dont le corps énorme constitué de livres immenses semble emmêlé dans le rideau de la bibliothèque ?

On a surtout envie d’y lire l’humour et l’audace d’un artiste bien établi dans son temps qui s’est trouvé pris d’envie de bizarre et de fantaisie…

Mais on peut aussi y voir des allégories (les quatre saisons pour les quatre âges de la vie), éventuellement se laisser convaincre par l’analyse structuraliste de Roland Barthes…

Le tout est d’aller voir par soi-même, de se laisser charmer par la beauté des tableaux, de s’abîmer longuement dans les détails minutieusement peints, et de se laisser surprendre dans le clair-obscur…
L’ambiance y est d’ailleurs tout à fait propice, l’exposition mêlant aux oeuvres de l’artiste des vitrines garnies d’objets décoratifs issus de cabinets de curiosités de l’époque. Ici, un serpent et un crapaud en bronze, là un tourteau et un escargot de mer, sans compter une curieuse aiguière avec coquillage et écrevisse de Bernard Palissy.
Vous en voulez encore ? Noix de coco sculptée et oeuf d’autruche montés sur argent en gobelets. Et le chouchou : la lampe à huile en forme de coquillage reposant sur une serre d’aigle.

Tout cela pour dire qu’Arcimboldo était bien de son temps : celui où l’on aimait à connaître la nature, où l’on découvrait de nouveaux mondes et donc de nouvelles espèces, où l’on voulait embrasser et confronter la diversité de ce qui existe, réunir en un même lieu les différents règnes…

Et si Arcimboldo, tout passionné qu’il était de ces cabinets, avait voulu dépasser cela, créer le merveilleux, le monstre, en transgressant les frontières entre ces différents ordres (on en revient à Barthes) ?

Artiste de génie connu et méconnu, univers fantastique et symbolique : les amateurs de curieux et de mystérieux vont adorer Arcimboldo.

Arcimboldo (1526-1593)
Musée du Luxembourg
19 rue de Vaugirard – Paris 6ème
Du 15 septembre 2007 au 13 janvier 2008
Horaires d’ouverture : lun., ven., sam., de 10 h 30 à 22 h
mar., mer., jeu., de 10 h 30 à 19 h et dim. de 9 h à 19 h
Entrée 11 € (TR de 5 € à 9 €)
Catalogue 328 p., 38 € ; DVD 60 mn, 23 €, livre-CD 17 €

L’exposition s’installera ensuite à Vienne au Kunsthistorisches Museum, du 11 février au 1er juin 2008.

Image : Giuseppe Arcimboldo, Le Printemps (1573), huile sur toile, 76 x 64 cm, Paris, Musée du Louvre, ©RMN – Gérard Blot / Photo de presse

Facebooktwittergoogle_plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading Facebook Comments ...