Les Bottin aux sports d'hiver. Jean-Marc Aubry

bottin aux sports d'hiverDans la série « la montagne et nous », voici Les Bottin aux sports d’hiver.

Une fois le matériel acheté – à Paris … – la petite famille commence par passer une journée orange bien foncé sur la route des vacances qui se transformera vite en galère.

A leur arrivée, les Bottin découvrent enfin leur lieu de séjour rêvé ; mais cette station alpine ressemble étrangement au quartier de la Défense…
Nous voici alors embarqués pour une semaine « multi-sports » bien remplie : un cours de ski alpin avec un inénarrable moniteur, une journée de ski de fond avec un autre tout aussi gratiné, une très odorante visite de la fromagerie locale, ou encore, passage désopilant du récit, une inoubliable ballade en chiens de traîneaux apathiques, clôturée par une soporifique soirée diapos.

Avec l’humour qu’on lui connaît, Jean-Marc Aubry passe en revue les péripéties, mille et un tracas, petites et grosses crises qui font le quotidien de cette famille "exemplaire".

Occasion aussi pour l’auteur de brosser d’une plume corrosive le tableau des rapports familiaux (le couple, la fille aînée en pleine puberté …), sans se priver au passage de donner un bon coup de griffe à certains professionnels des sports d’hiver…

Skectches, burlesque de situation, description minutieuse et satirique de scènes et personnages de la vie quotidienne, Jean-Marc Aubry, malgré une écriture un peu trop démonstrative, qui est l’excès du genre, a le chic pour nous faire passer, bien à l’abri des dangers alpins, un joyeux moment de détente.

Là, pour une journée « Chiens de traîneaux », nous avions gagné un Franck. Il y allait avoir probablement beaucoup de soleil, parce qu’il portait un chapeau de cow-boy, type « Stetson » à large bord, ceint d’un bandeau de sioux orné de perles de couleur. Il arborait également un énorme collier sioux sur sa chemise, canadienne bien évidemment, entrevue par le col de sa veste en peau et à frange, au-dessus d’un pantalon en cuir, cousu par sa femme, sioux elle aussi. Aux pieds, des bottes « grand froid », fabriquées par un ami à lui, inuit d’Alaska.
La totale, la panoplie ! Mais même avant d’apprendre de source sûre (et malveillante) que sa femme était originaire de Bécon les Bruyères et son fabricant inuit, nul autre que Le Vieux Campeur rue des Ecoles à Paris, il était trop ce type. Trop tout.
Il avait ce côté ringard des illustrations des années trente pour un roman de Jack London. Même sa barbe, on avait envie de tirer dessus, pour si c’était du vrai, comme dans Tintin.

Les Bottin aux sports d’hiver. Jean-Marc Aubry
Editions Guérin
242 p., 14 €

Facebooktwittergoogle_plus

Une réflexion au sujet de « Les Bottin aux sports d'hiver. Jean-Marc Aubry »

  1. L’extrait choisi me donne envie, à mon tour, de "mettre une tuque et un
    Kanuk/chercher des igloos/et finir dans une cabanne à sucre", comme le chante
    si bien Lynda Lemay !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading Facebook Comments ...