Les Bottin aux sports d'hiver. Jean-Marc Aubry

bottin aux sports d'hiverDans la série « la montagne et nous », voici Les Bottin aux sports d’hiver.

Une fois le matériel acheté – à Paris … – la petite famille commence par passer une journée orange bien foncé sur la route des vacances qui se transformera vite en galère.

A leur arrivée, les Bottin découvrent enfin leur lieu de séjour rêvé ; mais cette station alpine ressemble étrangement au quartier de la Défense…
Nous voici alors embarqués pour une semaine « multi-sports » bien remplie : un cours de ski alpin avec un inénarrable moniteur, une journée de ski de fond avec un autre tout aussi gratiné, une très odorante visite de la fromagerie locale, ou encore, passage désopilant du récit, une inoubliable ballade en chiens de traîneaux apathiques, clôturée par une soporifique soirée diapos.

Avec l’humour qu’on lui connaît, Jean-Marc Aubry passe en revue les péripéties, mille et un tracas, petites et grosses crises qui font le quotidien de cette famille "exemplaire".

Occasion aussi pour l’auteur de brosser d’une plume corrosive le tableau des rapports familiaux (le couple, la fille aînée en pleine puberté …), sans se priver au passage de donner un bon coup de griffe à certains professionnels des sports d’hiver…

Skectches, burlesque de situation, description minutieuse et satirique de scènes et personnages de la vie quotidienne, Jean-Marc Aubry, malgré une écriture un peu trop démonstrative, qui est l’excès du genre, a le chic pour nous faire passer, bien à l’abri des dangers alpins, un joyeux moment de détente.

Là, pour une journée « Chiens de traîneaux », nous avions gagné un Franck. Il y allait avoir probablement beaucoup de soleil, parce qu’il portait un chapeau de cow-boy, type « Stetson » à large bord, ceint d’un bandeau de sioux orné de perles de couleur. Il arborait également un énorme collier sioux sur sa chemise, canadienne bien évidemment, entrevue par le col de sa veste en peau et à frange, au-dessus d’un pantalon en cuir, cousu par sa femme, sioux elle aussi. Aux pieds, des bottes « grand froid », fabriquées par un ami à lui, inuit d’Alaska.
La totale, la panoplie ! Mais même avant d’apprendre de source sûre (et malveillante) que sa femme était originaire de Bécon les Bruyères et son fabricant inuit, nul autre que Le Vieux Campeur rue des Ecoles à Paris, il était trop ce type. Trop tout.
Il avait ce côté ringard des illustrations des années trente pour un roman de Jack London. Même sa barbe, on avait envie de tirer dessus, pour si c’était du vrai, comme dans Tintin.

Les Bottin aux sports d’hiver. Jean-Marc Aubry
Editions Guérin
242 p., 14 €

Facebooktwittergoogle_plus

Une semaine de vacances – Jean-Marc Aubry

randonneeEt si on partait en randonnée ? Une vraie randonnée dans les Alpes, pendant une semaine, avec un accompagnateur ?

Une semaine de vacances ? Peut-être pour vous (quoique …), mais certainement pas pour le guide !

Preuve à l’appui. Jean-Marc Aubry, accompagnateur en montagne, raconte le quotidien de son métier : encadrer une groupe de citadins, en mal de nature et de sport, pendant une semaine.

De la réservation téléphonique jusqu’au moment de la séparation à la gare en fin de séjour, en passant par les nuits au refuge ou sous la tente, ou les gadins dans les nevés, on ne lâchera pas nos randonneurs d’une semelle.

Et pour notre plus grande joie, d’ailleurs, car quiconque a un jour mis le pied en montagne avec une petit groupe, même amical, reconnaîtra beaucoup de situations et de portraits, sinon soi-même …

La plume alerte, parfois facile, souvent habile, toujours efficace, Aubry est doué pour transcrire le vécu ; avec un humour irrésistible, il emmène le lecteur à l’intérieur de la situation.

De son ironie décapante il n’épargne pas le client (donc, potentiellement : nous !), mais on le lui pardonne de bon gré ; lui aussi a son lot d’angoisse et de panique : la responsabilité du groupe pèse parfois bien plus lourd que le sac à dos ! Même avec les « meilleurs » clients d’ailleurs …

Extrait.

« Il y a celle qui a tout fait. La pro. Ou presque pro. Parce que si elle n’a pas fait guide ou accompagnatrice, c’est uniquement pour des raisons obscures ou personnelles. Parce que sinon, vous pensez bien …
Elle a commencé très tôt, passant depuis toujours, vacances et week-ends, été comme hiver, à parcourir les montagnes et le monde. Alpiniste chevronnée, trekkeuse hors normes, skieuse de randonnée de très bon niveau, elle assène tout cela au groupe dans les trois premières minutes où on fait sa (crispante) connaissance.
Son équipement, son matériel sont flambant neufs et de la toute dernière génération, high-tech, à vous faire baver d’envie, vous le pro, avec vos grosses pompes en cuir et votre sac en coton bleu roi.
Invariablement, à un moment ou à un autre du séjour, il faudra bien que quelqu’un lui demande pourquoi elle part avec un accompagnateur (sinon pour le conseiller).
Et invariablement, à un moment ou à un autre du séjour, on comprendra pourquoi.»

Une semaine de vacances
Jean-Marc Aubry
243 p., 13 €
D’autres bonne feuilles sur le site des Editions Guérin

Facebooktwittergoogle_plus