Les messagers. Annette Messager au Centre Pompidou

annette messagerAvec l’exposition Les Messagers, vaste panorama de l’oeuvre d’Annette Messager, le Centre Pompidou invite à l’exploration de l’univers fantastique d’une artiste majeure de la création contemporaine. (1)

Le visiteur n’en sortira pas déçu : Annette Messager fait preuve d’une audace et d’une inventivité exceptionnelles.

Elle s’empare de matériaux simples et tout domestiques, bouts de laine et de tissu, sacs plastiques, ficelle et caoutchouc, pour créer des installations insolites et surprenantes, toujours "en bordure" du réel.
Car elle part de sujets simples, corps humain, animaux, objets du quotidien, pour en déranger la figuration, déplacer le regard, déstabiliser le spectateur, qui est en permanence balotté entre l’émerveillement et la frayeur.

C’est particulièrement le cas avec ses grandes installations, dont les composantes sont des membres du corps humain, en mousse tendue de tissu ou de simili noir, ou bien des pantins de chiffon, ou encore des peluches animales : suspendus, tantôt ils glissent sur un câble dans un tournoiement sans fin, tantôt ils s’élancent à la verticale, sous la menace constante de la chute.
Aucun des mouvements qui les agitent n’est prévisible ; il y a des chocs, d’autres sont évités de justesse…

Si Annette Messager affectionne ce qui "pendouille", elle se penche aussi sur ce qui gît, telle cette pauvre vache condamnée à tourner inlassablement couchée sur son flanc… Ou l’indescriptible installation Gonflés-Dégonflés, au rythme et au souffle proprement fascinants.

Rares sont donc les oeuvres simplement accrochées.
Lorsque l’artiste s’y résout, c’est pour utiliser au maximum l’espace dégagé sur le mur : sous de petites photos en noir et blanc montrant des paumes de mains décorées, elle écrit au crayon de couleur, à même le mur et répétés à l’infini, des mots comme solitude, surprise, promesse, rencontre, crainte, hésitation, confiance

Annette Messager est aussi une grande collectionneuse ; elle classe et aligne, parfois se contente d’entasser : ici la collection de poupée, là celle de sacs en plastique, plus loin celle de livres… sans oublier Les pensionnaires, alignement de tout petits oiseaux emmaillotés.
Dans une pièce que le visiteur ne fait qu’apercevoir par quelques ouvertures, elle a rassemblé de grandes séries de photos de magazines de femmes : portraits de femmes d’un côté ; femmes en train de s’administrer des soins corporels d’un autre.
Cette Chambre secrète de la collectionneuse est symbolique des inspirations d’Annette Messager : une certaine féminité, ou une certaine vision de la féminité, avec ses intérieurs, ses placards, ses amas de "choses", photos, étoffes ; mais qui déborde aussi de manies enfantines, peluches, poupées, mots répétés, crayons de couleur.

Tout un chacun peut découvrir en entrant dans le hall du Centre Pompidou le curieux mélange de l’univers de l’artiste, avec la spectaculaire installation La Ballade de Pinocchio à Beaubourg spécialement réalisée pour le Forum : le tragique des corps fragmentés et estropiés cohabite avec le jeu des polochons au milieu desquels circule un petit train transportant une figurine de bois qui n’est autre que Pinocchio…

Toute l’oeuvre d’Annette Messager porte ces ambigüités et ce balancement : quotidienne et extraordinaire ; grave et innocente ; mouvementée et gisante ; noir et blanc et colorée ; violente et rassurante … comme un concentré de vie, sur lequel souffle un vent de créativité et d’humour renversant.

Les messagers, Annette Messager
Centre Pompidou (2)
Place Georges Pompidou – Paris 4ème
Jusqu’au 17 septembre 2007
Tlj sauf le mardi de 11 h à 21 h, le jeudi jusqu’à 23 h
Entrée 10 € (TR 8 €)
Nouvelle parution de la monographie Annette Messager
Sous la direction de Sophie Duplaix
Coédition Centre Pompidou/Editions Xavier Barral (juin 2007)
608 pages, – 44,90 €

(1) Annette Messager, née en 1943, a représenté la France à la Biennale de Venise de 2005 où elle obtenu le Lion d’Or.

(2) A l’occasion du 30ème anniversaire du Centre Pompidou, c’est Annette Messager qui a conçu l’original Laissez-passer 2007.

Image : articulés-désarticulés, 2002, détails © Centre Pompidou – Adagp, Paris 2007, photo : André Morin

Facebooktwittergoogle_plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading Facebook Comments ...