C'est la vie ! Vanités de Caravage à Damien Hirst

expo vanites, pompeiSi c’est au XVII° siècle que les crânes apparaissent à profusion sur les tableaux de nature morte, en un genre appelé Vanités, de telles représentations de la mort sont présentes dans les maisons dès l’Antiquité.

Ainsi, à Pompéi, deux mosaïques ont été retrouvées sur ce thème. L’une montre un crâne et un papillon reposant sur une roue : le corps et l’âme livrés à la roue du destin. L’avertissement de cette allégorie macabre, certainement l’une de toutes premières de l’histoire de l’art, n’est autre que « Omnia mors adequat » (« La mort aplanit tout »).

Vingt siècles plus tard, Philippe Pasqua réinterprète le motif avec un crâne recouvert de feuilles d’argent et parsemé de grands papillons orangés, magnifique à dire vrai. Le sujet du « Memento mori » (« Souviens-toi que tu mourras ») est donc loin d’être épuisé, les artistes le réinterprétant inlassablement, en peinture, en sculpture ou en photo, comme l’exposition qui vient d’ouvrir au Musée Maillol le met en évidence.

Chronologiquement, le parcours est inversé : on plonge directement dans les œuvres contemporaines, avant de visiter les Anciens puis les Modernes. Un détail de peu d’importance, la thématique étant suffisamment explicite. Au demeurant, malgré les quelques 160 œuvres, l’exposition ne prétend pas à une représentation exhaustive des différentes périodes de l’histoire de l’art, d’autant que le sujet n’a pas été toujours aussi prisé qu’aujourd’hui.

En Europe du Nord, le contexte du XVIIème siècle, avec ses guerres de Religion favorise le développement des Vanités, où le peintre mêle crânes humains, bougies et sabliers symbolisant la fuite du temps, livres, fleurs et fruits, pour rappeler la futilité des connaissances, la corruption de la beauté et de la matière. En Europe du Sud, les peintres associent au contraire la Vanité à des scènes religieuses. Dans une petite salle, se répondent trois beaux Saint-François : celui de Caravage, en méditation, celui de Zurbaran, agenouillé, très émouvant et enfin, l’Extase de Saint François, de Georges de La Tour. Les jeux de lumière avec la clarté du crâne ressortant de l’ombre accentuent la gravité du message.

Pour l’essentiel, ces tableaux sont peu connus car issus de collections privées. Certains sont plus anecdotiques mais somme toute très frappants car ils montrent non pas des squelettes mais des cadavres en décomposition. Sur une œuvre anonyme d’un peintre espagnol, le macchabée, toutes tripes dehors est en proie à la voracité des petites bêtes, les attributs du pouvoir, sceptres, couronne, posés à ses côtés et renvoyés à leur vanité. Sur la Testa de Jacopo Ligozzi, une tête en voie de décomposition, bouche béante, est attaquée par les vers, alors que Seneta (vieillissement) est inscrit sur le cartouche inséré dans le livre… ça fait envie !

Galerie variée également du côté des oeuvres contemporaines, avec des tableaux de Miquel Barcelo, Richter, Ernst, de grande beauté ; mais aussi des crânes de Niki de Saint-Phalle, Annette Messager, et naturellement Damien Hirst.
Entre les deux périodes, un grand trou ou presque, les Vanités étaient passées de mode au Siècle des Lumières. Au siècle suivant, Géricault a traité le thème avec ses Trois crânes puis au début du XXème, Cézanne, Picasso, Braque ont eux aussi fait leurs Vanités mais leurs tableaux semblent relever d’un pur exercice de style.

Bague Codognato, Venise Mieux vaut s’attarder devant les vitrines présentant des pièces unique du joailler vénitien Codognato, famille installée près de la Basilique San Marco (elle en devint même l’orfèvre attitré), qui depuis 1866 s’inspire d’oeuvres de toutes époques pour créer des bagues et des colliers en forme de Memento Mori. Aux motifs de crânes se mêlent harmonieusement des animaux symboliques comme la salamandre, le rat ou le serpent ; au diamant et aux pierres précieuses se mêle le corail aux vertus protectrices… Des petites merveilles à ne pas louper.

"C’est la vie ! Vanités de Caravage à Damien Hirst"
Musée Maillol
61, rue de Grenelle, Paris 7e
Tous les jours de 10 h 30 à 19 heures, vendredi jusqu’à 21 h 30
Jusqu’au 28 juin 2010
De 9 € à 11 €

Images : Memento Mori, Mosaïque polychrome de Pompéi, 1er siècle, Base calcaire et marbres colorés, 41 x 47 cm, Musée national d’archéologie de Naples © Archives surintendance spéciale Beni et archologici Naples et Pompéi
Bague « Alchimie » Or, émail blanc sur or, diamants, émail, Epoque contemporaine, modèle des années 1940 Collection particulière, courtesy Codognato © Andrea Melzi

Facebooktwittergoogle_plus

Rubato ma gissando. Annette Messager/Gérard Pesson

Annette MessagerChapelle des Recollets, Maison de l’Artchitecture, près de la gare de l’Est à Paris.
Du vaisseau renversé, au plafond, pendent des instruments de musique, grosse caisse, cors, guitare. Ils côtoient des sculptures d’Annette Messager, membres en mousse entrelacés dans leur moustiquaire, poupées de laine en grappe, sacs de plastique assemblées en corole.
Lumière rouge, pénombre.
Au sol, des musiciens harnachés à des fils jusqu’à la voûte, saxophone, tuba, violoncelle. Bancs de bois, murs décrépis.

Surgissent de petits chants d’oiseaux, des froissements de feuille, des bruits d’eau. Ou tout autre chose. Cela monte comme un flot. Une nature en éveil. Cela monte et s’accélère avant de se calmer. Violon, cornemuse, grande feuille plastifiée. Cela vrombit, au loin, puis vient une ondée du matin, légère comme un carillon clair. Les mobiles (instruments, sculpture, et même un jeune homme replié) montent et descendent, tandis que bat un coeur, qu’un homme souffle et s’essouffle ; que semble se jouer la vie.
Plus tard, de la matière va couleur et des oiseaux hululer dans une verte nuit.
C’est organique et poétique, grave et léger, savant et enfantin. Il y a des lettres prononcées et de longs nez menteurs. C’est un petit concentré de vie, extraordinaire et quotidien, que nous offre durant quelques (trop courtes) vingt minutes ce tableau vivant et musical brossé par deux immenses talents.

Rubato ma gissando. Annette Messager/Gérard Pesson
Dans le cadre du Festival d’Automne à Paris
Maison de l’Architecture
148, rue du Faubourg Saint-Martin – 75010 Paris
Métro : Gare de l’Est
Jusqu’au 28 septembre 2008
A 20h, 20h45, 21h30, 22h15
Tarif unique : 10 €
Durée : 20’

Facebooktwittergoogle_plus

Les messagers. Annette Messager au Centre Pompidou

annette messagerAvec l’exposition Les Messagers, vaste panorama de l’oeuvre d’Annette Messager, le Centre Pompidou invite à l’exploration de l’univers fantastique d’une artiste majeure de la création contemporaine. (1)

Le visiteur n’en sortira pas déçu : Annette Messager fait preuve d’une audace et d’une inventivité exceptionnelles.

Elle s’empare de matériaux simples et tout domestiques, bouts de laine et de tissu, sacs plastiques, ficelle et caoutchouc, pour créer des installations insolites et surprenantes, toujours "en bordure" du réel.
Car elle part de sujets simples, corps humain, animaux, objets du quotidien, pour en déranger la figuration, déplacer le regard, déstabiliser le spectateur, qui est en permanence balotté entre l’émerveillement et la frayeur.

C’est particulièrement le cas avec ses grandes installations, dont les composantes sont des membres du corps humain, en mousse tendue de tissu ou de simili noir, ou bien des pantins de chiffon, ou encore des peluches animales : suspendus, tantôt ils glissent sur un câble dans un tournoiement sans fin, tantôt ils s’élancent à la verticale, sous la menace constante de la chute.
Aucun des mouvements qui les agitent n’est prévisible ; il y a des chocs, d’autres sont évités de justesse…

Si Annette Messager affectionne ce qui "pendouille", elle se penche aussi sur ce qui gît, telle cette pauvre vache condamnée à tourner inlassablement couchée sur son flanc… Ou l’indescriptible installation Gonflés-Dégonflés, au rythme et au souffle proprement fascinants.

Rares sont donc les oeuvres simplement accrochées.
Lorsque l’artiste s’y résout, c’est pour utiliser au maximum l’espace dégagé sur le mur : sous de petites photos en noir et blanc montrant des paumes de mains décorées, elle écrit au crayon de couleur, à même le mur et répétés à l’infini, des mots comme solitude, surprise, promesse, rencontre, crainte, hésitation, confiance

Annette Messager est aussi une grande collectionneuse ; elle classe et aligne, parfois se contente d’entasser : ici la collection de poupée, là celle de sacs en plastique, plus loin celle de livres… sans oublier Les pensionnaires, alignement de tout petits oiseaux emmaillotés.
Dans une pièce que le visiteur ne fait qu’apercevoir par quelques ouvertures, elle a rassemblé de grandes séries de photos de magazines de femmes : portraits de femmes d’un côté ; femmes en train de s’administrer des soins corporels d’un autre.
Cette Chambre secrète de la collectionneuse est symbolique des inspirations d’Annette Messager : une certaine féminité, ou une certaine vision de la féminité, avec ses intérieurs, ses placards, ses amas de "choses", photos, étoffes ; mais qui déborde aussi de manies enfantines, peluches, poupées, mots répétés, crayons de couleur.

Tout un chacun peut découvrir en entrant dans le hall du Centre Pompidou le curieux mélange de l’univers de l’artiste, avec la spectaculaire installation La Ballade de Pinocchio à Beaubourg spécialement réalisée pour le Forum : le tragique des corps fragmentés et estropiés cohabite avec le jeu des polochons au milieu desquels circule un petit train transportant une figurine de bois qui n’est autre que Pinocchio…

Toute l’oeuvre d’Annette Messager porte ces ambigüités et ce balancement : quotidienne et extraordinaire ; grave et innocente ; mouvementée et gisante ; noir et blanc et colorée ; violente et rassurante … comme un concentré de vie, sur lequel souffle un vent de créativité et d’humour renversant.

Les messagers, Annette Messager
Centre Pompidou (2)
Place Georges Pompidou – Paris 4ème
Jusqu’au 17 septembre 2007
Tlj sauf le mardi de 11 h à 21 h, le jeudi jusqu’à 23 h
Entrée 10 € (TR 8 €)
Nouvelle parution de la monographie Annette Messager
Sous la direction de Sophie Duplaix
Coédition Centre Pompidou/Editions Xavier Barral (juin 2007)
608 pages, – 44,90 €

(1) Annette Messager, née en 1943, a représenté la France à la Biennale de Venise de 2005 où elle obtenu le Lion d’Or.

(2) A l’occasion du 30ème anniversaire du Centre Pompidou, c’est Annette Messager qui a conçu l’original Laissez-passer 2007.

Image : articulés-désarticulés, 2002, détails © Centre Pompidou – Adagp, Paris 2007, photo : André Morin

Facebooktwittergoogle_plus