Boarding Gate. Olivier Assayas

Boarding Gate de Olivier AssayasLe corps souple, la mobilité animale, le teint blafard et les yeux cernés, Sandra, l’héroïne du dernier film d’Olivier Assayas, interprétée par Asia Argento, est un "aimant" à hommes.

Miles, celui qu’à force de trop aimer, elle finit par liquider au sens propre, et Lescer, celui qu’elle laisse filer, en sont incontestablement fous. Mais l’aiment-ils ?
Non, dit-elle, ils la désirent seulement. Ils font semblant de croire que c’est la même chose, mais elle n’est pas dupe. N’est plus dupe.

Car il s’agit bien de cela, de l’histoire d’une fille "perdue" : Boarding Gate est un thriller dont l’intrigue n’est que le prétexte pour tracer les contours de son personnage, une jeune femme toujours en danger, même lorsque c’est elle qui a l’arme en main.

Le reste, hormis le piment nécessaire à la cause, et des dialogues le plus souvent convenus, n’est que jeu de caméra, virtuosité du metteur en scène : Olivier Assayas est extrêment doué, son dernier film ne fait que confirmer.

Il demeure qu’on regarde le film comme on regarde passionnément un bel objet.
Il y a une vitre infranchissable entre Sandra et le spectateur ; de bout en bout, elle ne se brisera pas.

Pour autant, cet esthétisme tourne-t-il à vide ?
L’affirmer serait indifférence feinte.
On sort troublé de ce film, troublé par cette femme victime d’un homme, victime de son amour, victime du monde, victime d’elle-même.
Même si tant de froide beauté finit par glacer.

Boarding Gate. Olivier Assayas
Thriller franco-hongkongais
Avec Asia Argento, Michaël Madsen, Carl Ng.
Durée 1 h 43

Facebooktwittergoogle_plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading Facebook Comments ...