Sils Maria. Olivier Assayas

sils-maria-d-olivier-assayas-1_4979903

Maria Enders  est une actrice brillante et célébrée. Alors qu’elle se rend en Suisse pour recevoir un prix au nom de Wilhelm Melchior, dramaturge et metteur en scène qui a lancé sa carrière quelques vingt ans plus tôt avec la pièce Le Serpent de Maloya, celui-ci décède avant son arrivée à Zurich.

Effondrée, elle se rend tout de même à la cérémonie, où un jeune metteur en scène en vogue lui propose de jouer à nouveau dans Le Serpent de Maloya, mais cette fois pour interpréter le rôle de la femme mûre qui se détruit, brûlée par son amour pour une toute jeune femme qui la manipule. Maria hésite : à l’époque, c’était elle qui incarnait la jeune femme triomphante… Finalement, elle se laisse convaincre et se met à répéter la pièce avec son assistante Valentine, toutes deux retirées à Sils Maria, dans la maison du dramaturge disparu et admiré.

Disons-le d’emblée : le film est une réussite totale. Plus Olivier Assayas avance dans sa carrière, plus il gagne en maîtrise, en profondeur et en subtilité dans sa façon de mettre en scène les sujets qu’il choisit.

Ici, il s’agit du métier et de la vie d’une actrice. Celle-ci, Maria Enders, est interprétée avec une justesse et un engagement époustouflants par Juliette Binoche, dont on pensait déjà connaître l’étendue du talent. Assayas fait alterner les épisodes de vie privée (dans le train, dans le chalet) et de vie publique de la star. Entre les deux, un monde bien sûr, alors même que Maria semble, en privé, des plus lucides sur son métier, son entourage et ses rouages. Mais toujours le plaisir d’être flattée, l’émulation, voire la jalousie sont susceptibles d’entrer  en jeu, y compris chez les âmes les plus sincères et franches de la trempe de Maria. Ces travers, qui rendent le personnage crédible et attachant, sont aussi la marque d’un sentiment bien plus noble et qui les couvre tous : l’amour du métier. Le désir de jouer. La délectation à interpréter, à « ressentir » un texte. La curiosité de découvrir l’autre, aussi.

Mais sur ce dernier point, c’est plus douloureux. Car à travers ce projet théâtral, Maria se confronte à une réalité qui l’éprouve durement : elle a vieilli, et une nouvelle génération d’artistes se met en place. C’est avec un jeune metteur en scène et une jeune star des blockbusters qu’elle va jouer. D’autres façons de penser la pièce, d’autres façons de se comporter en public comme en privé. Ce décalage, ce glissement générationnel est concentré dans le personnage de Valentine, son assistante personnelle. Magnifiquement, magnétiquement incarnée par Kristen Stewart, Valentine, toute jeune femme à la fois hyper professionnelle et décomplexée, admirative et en révolte contre Maria, est le premier miroir qui renvoie à celle-ci la cruelle image du temps qui passe, l’autre grand thème de Sils Maria.

Malgré la bonne humeur qui se dégage du film, avec ses moments d’humour complice entre les deux femmes, les moments de plaisir partagé au cours d’une randonnée en montagne ou d’une soirée arrosée, et les irrésistibles éclats de rire de Maria/Binoche, il y a aussi beaucoup de noirceur : entre la femme jeune et celle d’âge mûr, se joue un combat implacable.

Et si Maria, semble, contre Valentine, gagner la première manche, ce sera au prix de sa perte. Quant au face-à-face avec la jeune starlette (extrêmement bien jouée également par Chloë Grace Moretz) avec laquelle elle s’apprête à partager l’affiche, il est d’une redoutable cruauté.

Mais, en élevant sa caméra, Olivier Assayas met aussi du baume sur cette dureté. Montrant la splendeur des neiges éternelles malgré le passage des saisons, la magie sans cesse renouvelée des nuages qui s’enroulent autour des sommets, phénomène local, ancien et immuable appelé Le serpent de Mayola, le réalisateur suggère que tout passe certainement, mais peut-être pas la beauté des massifs alpins, ni celle d’un nuage qui vient inexplicablement se lover entre les montagnes, fut-ce pour quelques minutes seulement.

 

Sils Maria

Un film d’Olivier Assayass

Avec Juliette Binoche, Kristen Stewart, Chloë Grace Moretz

Durée 2 h 3 mn

Sorti en salles le 20 août 2014

Facebooktwittergoogle_plus

Après Mai. Olivier Assayas

Apres-MaiAprès Mai est un très beau film, aussi bien écrit qu’il est réalisé et interprété. Portrait d’une adolescence au début des années 1970, il est clairement d’inspiration autobiographique : Olivier Assayas, né en 1955, avait publié en 2005 un court récit sur cette période de sa vie : Une adolescence dans l’après-Mai. (1)

Récompensé du prix du scénario à la Mostra de Venise, ce long-métrage raconte le parcours initiatique de Gilles, de la classe de terminale aux premiers pas de sa vie d’adulte, à une époque où le collectif primait largement sur l’individuel. Et Olivier Assayas réussit merveilleusement à montrer tout à la fois un cheminement personnel – avec ce qu’il comporte d’intime – et le tableau social dans lequel il évolue et doit trouver sa place.

Fils de bourgeois comme tous ses camarades, il veut comme eux faire "La Révolution" – le réalisateur restitue d’ailleurs subtilement et efficacement au début du film l’actif et le passif de Mai 1968 en tant que révolution non aboutie. Mais sur les moyens, les vues divergent assez vite : Gilles, déjà sur une voie artistique, conçoit la révolution à travers celle du langage pictural et cinématographique, quand ses camarades, pris dans les dogmes gauchistes et leurs affrontements internes, ne l’envisagent que dans la radicalité d’une "action" conforme aux "idées".

Si la vision d’Olivier Assayas sonne juste c’est parce qu’il montre autant la liberté de l’époque (ces enfants de bonne famille allaient et venaient au gré de leurs envies, prenant après le bac plutôt la route que la carte d’étudiant) que sa gravité (on cherchera en vain une quelconque forme d’insouciance ou de légèreté chez ces adolescents), ou encore son totalitarisme (voir la mémorable scène dans un van, où un "aîné" reproche vertement à Gilles de lire Les habits neufs du président Mao de Simon Leys, dénonciateur du maoïsme : "tu es jeune, tu devrais surveiller tes lectures"). Et il n’y a finalement dans Après-Mai pas de nostalgie, encore moins d’apologie, ni non plus d’amertume, mais simplement un regard tendre et critique, qui lui donne à la fois sa force romanesque et sa crédibilité historique.

Après Mai
Un film de Olivier Assayas
Avec Clément Métayer, Lola Creton, Félix Armand
Durée 2 h 02
Sorti en salles le 14 novembre 2012

(1) Editions des Cahiers du cinéma, 96 p., 14 euros

Facebooktwittergoogle_plus

L'Heure d'été. Olivier Assayas

L'Heure d'été, Olivier AssayasIls sont presque riches, jeunes et beaux ; heureux de se retrouver dans la propriété familiale pour fêter les 75 ans de leur mère Hélène.
Avant de repartir très vite pour Pékin, New-York ou Paris.

Le regard d’Hélène – interprétée de façon impressionnante par Edith Scob -, énergique et rêveur, ne s’anime réellement que lorsqu’il s’agit d’évoquer l’oeuvre de son oncle, peintre et collectionneur dont elle a à coeur de perpétuer la mémoire.

Son seul souci désormais : préparer Frédéric, son fils aîné – le seul resté en France, joué par Charles Berling – au règlement de sa succession, avec le désir d’éviter qu’après elle "les choses ne pèsent trop lourd".

Fin du premier tableau. Hélène s’éteint. Ouverture du deuxième : la succession. D’abord, le caveau, la pierre tombale. Puis les souvenirs et les secrets, qui n’ont pas tous "disparus avec elle", contrairement à ce qu’elle avait prédit à son fils.
Et enfin : les choses, les "résidus", ainsi qu’elle les avait nommés au cours de la même conversation, superbe monologue en réalité, qui contenait presque tout le film.

Lucidité de la mère qui a prévu ce que son fils aîné ne voulait voir. Les chemins pris par sa soeur et son frère – Chine, Etats-Unis – le mettront face à la réalité. Ces résidus ne seront pas gardés par la fratrie, pour être ensuite transmis à ses propres enfants : ils seront vendus ou remis à Orsay.

Olivier Assayas traite avec une grâce et une finesse infinies ces sujets qui ne supportent que la délicatesse. Pas de thèse mais une approche subtile des questions de la transmission (dont il apparaît que l’aspect matériel n’est qu’une forme), de la mémoire, de son poids et de sa nécessité. Rien n’est tranché ni souligné et tous les personnages, les trois enfants mais aussi les petits-enfants et la servante de la défunte sont convaincants dans les différentes façons dont chacun aborde la mort, l’après d’un proche.

Grâce à la manière de filmer d’Olivier Assayas, fluide et toujours un peu froide, L’Heure d’été ne suscite jamais le débordement d’émotion mais s’adresse au spectateur dans un murmure qui suffit à le toucher.

L’Heure d’été. Olivier Assayas
Avec Juliette Binoche, Charles Berling, Jérémie Renier, Edith Scob,
Dominique Reymond, Valérie Bonneton, Isabelle Sadoyan…
Durée 1 h 40

Facebooktwittergoogle_plus

Boarding Gate. Olivier Assayas

Boarding Gate de Olivier AssayasLe corps souple, la mobilité animale, le teint blafard et les yeux cernés, Sandra, l’héroïne du dernier film d’Olivier Assayas, interprétée par Asia Argento, est un "aimant" à hommes.

Miles, celui qu’à force de trop aimer, elle finit par liquider au sens propre, et Lescer, celui qu’elle laisse filer, en sont incontestablement fous. Mais l’aiment-ils ?
Non, dit-elle, ils la désirent seulement. Ils font semblant de croire que c’est la même chose, mais elle n’est pas dupe. N’est plus dupe.

Car il s’agit bien de cela, de l’histoire d’une fille "perdue" : Boarding Gate est un thriller dont l’intrigue n’est que le prétexte pour tracer les contours de son personnage, une jeune femme toujours en danger, même lorsque c’est elle qui a l’arme en main.

Le reste, hormis le piment nécessaire à la cause, et des dialogues le plus souvent convenus, n’est que jeu de caméra, virtuosité du metteur en scène : Olivier Assayas est extrêment doué, son dernier film ne fait que confirmer.

Il demeure qu’on regarde le film comme on regarde passionnément un bel objet.
Il y a une vitre infranchissable entre Sandra et le spectateur ; de bout en bout, elle ne se brisera pas.

Pour autant, cet esthétisme tourne-t-il à vide ?
L’affirmer serait indifférence feinte.
On sort troublé de ce film, troublé par cette femme victime d’un homme, victime de son amour, victime du monde, victime d’elle-même.
Même si tant de froide beauté finit par glacer.

Boarding Gate. Olivier Assayas
Thriller franco-hongkongais
Avec Asia Argento, Michaël Madsen, Carl Ng.
Durée 1 h 43

Facebooktwittergoogle_plus