Anselm Kiefer au Louvre : Athanor, Hortus Conclusus et Danaé

Athanor, Anselm Kiefer au Louvre, décorRévélé au grand public avec Chute d’étoiles, exposition organisée dans la nef du Grand Palais en juin dernier, Anselm Kiefer a désormais sa place à demeure dans l’immense Palais du musée du Louvre.
L’artiste allemand installé dans le sud de la France depuis de nombreuses années s’inscrit ainsi dans la liste de ceux qui, de Le Brun à Braque, ont orné l’architecture du Palais depuis le XVIIème siècle.

Découvrir Athanor, Hortus Conclusus et Danaé exige de se perdre au préalable dans les salles du département des Antiquités orientales entre Egypte, Mésopotamie et Iran. Puis, en haut de l’escalier nord, l’ensemble composé d’une toile et de deux sculptures se dévoile enfin, isolé de toutes autres œuvres. Le choc n’en est que plus saisissant.

Est-il mort, est-il simplement allongé, les yeux clos, au repos, en méditation ? Son corps est nu, livide, son crâne rasé. Les bras le long du corps, le visage parfaitement tourné à la verticale expriment-ils l’abandon ou au contraire l’extrême concentration sur soi, être dans le monde placé sous la voûte céleste, élément du cosmos ?
Toute l’ambiguïté du tableau Athanor est dans ce personnage, seule partie du tableau à hauteur d’homme, autoportrait de l’artiste qui renvoie le visiteur à lui-même. Le corps repose sur de l’argile rouge, dont la craquelure épaisse évoque l’écorce des arbres anciens. Au dessus, dans la monumentale verticale, un jaillissement de matière blanche, objets célestes, voies lactées, brumes grisâtres. En haut, au centre, on croit apercevoir une nuée dont s’échappe une pluie d’or et l’on imagine un soleil dans la nuit.
Sur chacun des murs latéraux, placées dans des niches, deux sculptures de l’artiste viennent compléter le décor. A gauche, Danaé, empilement de livres de plomb au dessus desquels se dresse une immense tige de tournesol, ensemble monochrome gris clair parsemé de pépites de tournesol tombées sur les livres. On songe évidemment à la pluie d’or du tableau, mais aussi à la magnifique bibliothèque de plomb et de verre de Chute d’étoiles.
A droite, Hortus Conclusus est un bouquet de douze tournesols dont les fleurs desséchées sont tournées vers le bas. Certaines ont la tige brisée. Elles ont poussé sur un sol de glaise, magmaesque, presque un tas de boue. L’impression morbide est très forte.
Chacune de ces sculptures semble répondre à la toile placée au centre : Danaé ajoute le verbe, le récit à la dimension philosophique, spirituelle du tableau ; de l’autre Hortus Conclusus renvoie à l’inévitable évocation de la mort qui se dégage d‘Athanor. Le jeu des lignes horizontales et verticales vient renforcer cette opposition – et cette attirance – entre ce qui gît et ce qui élève, ou ce qui s’élève.
Et cet ensemble de lignes franches s’harmonise parfaitement avec l’architecture monumentale du Palais.

Athanor, Hortus Conclusus et Danaé
Un décor d’Anselm Kiefer
à voir au Musée du Louvre
Aile Sully, escalier Nord, 1er étage de la Colonnade
TLJ sauf le mar., de 10 h à 18 h, nocturne (22 h) mer. et vend.
Entrée 9 €, 6 € après 18 h mer. et vend.
Catalogue Anselm Kiefer au Louvre, coédition Éditions du Regard/musée du Louvre Éditions, 64 pages, 35 €.

Image : Anselm Kiefer, Athanor (2007), émulsion, schellac, huile, craie, plomb, argent et or sur toile de lin © A. Dequier / Musée du Louvre

Facebooktwittergoogle_plus

5 réflexions au sujet de « Anselm Kiefer au Louvre : Athanor, Hortus Conclusus et Danaé »

  1. … Vrai qu’il faut marcher longtemps pour y arriver. Mais c’est une oeuvre impressionnante (je parle de la toile), bien plus que votre photo ne le donne à penser.

  2. Le décor sera commenté par des étudiantes en histoire de l’art les 7 décembre, 11 et 25 janvier 2008 dans le cadre des soirées "Les jeunes ont la parole". Venez nombrux!

  3. Une merveille à la mémoire de ceux qui ont transité par les chambres à gaz, douche collective, crématorium… Athanor signifie four, entouré de tournesols (douche)… Les victimes se sont éteintes mais pas tout à fait… Le fils conducteur nous ramène aux scintillement des étoiles… Rien ne disparais, tout se transforme…. Anselm Kiefer mieux qu’un Super Heros… Un être si "HUMAIN"… Ça fait tellement de bien… Merci pour eux, Merci pour nous…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading Facebook Comments ...