Art Nouveau Revival. 1900. 1933. 1966. 1974

Exposition au musée d'Orsay, Art nouveau, RevivalLe musée d’Orsay a souvent l’audace de proposer des expositions originales.
Celle-ci l’est tant par son thème – l’Art nouveau, à une époque où l’on revisite plutôt l’Art déco – que par sa démarche : parcourir ce style décoratif à l’aune de l’air du temps qui l’a porté au fil du XXème siècle.

L’Art nouveau a été une déferlante aux alentours de 1900 dans le domaine de l’architecture, du mobilier et des arts décoratifs, suscitant d’ailleurs de vives critiques, avant de retomber aussi vite qu’elle était montée, anéantie par la puissante vogue Art déco.

Il a fallu attendre les années 1930 et la vivacité des Surréalistes pour que l’Art nouveau retrouve ses reliefs, à partir de 1933 précisément lorsque Salvador Dalí publia dans la revue Minotaure un article intitulé De la beauté terrifiante et comestible, de l’architecture modern’style, illustré de photos de Brassaï et de Man Ray, le mouvement d’André Breton s’étant alors jeté avec enthousiasme sur les lignes libres de l’Art nouveau. Les superbes images des deux photographes avant-gardistes mettent en valeur l’aspect organique des entrées de métro dessinées par Hector Guimard et de l’architecture débridée d’Antoni Gaudí. Placés dans un même espace, le tableau de Dalí L’énigme du désir et les miroirs de Gaudí pour la Casa Milá semblent frappés de la même mollesse formelle…

Musée d'Orsay, expo Art nouveau, RevivalDeuxième revival de l’Art nouveau, les années 1950 et surtout 1960 dans le domaine du mobilier et des arts de la table : en réaction à la tyrannie du modernisme fonctionnel et froid, le design organique se déploie, privilégiant les courbes proches de la nature en général et du corps humain en particulier. Légèreté, fluidité sont les maîtres mots de ce style qui effectivement – la démonstration dans la grande salle est édifiante – s’est réapproprié pour les réinterpréter, le plus souvent avec bonheur, les lignes de Bugatti et de Guimard.

A la même époque, un autre domaine se place avec délices sous l’emprise des courbes sinueuses et asymétriques de l’Art nouveau, reprenant aussi ses motifs végétaux, floraux, voire animaliers : celui du graphisme. Magazines, affiches de cinéma et de concert, pochettes de disques, papiers peints et même les robes de nos mamans sont inondés de folles spirales, d’explosions florales et de couleurs pepsy. Exposées côte à côte, la ressemblance avec les affiches du début du siècle est troublante : si les couleurs sont devenues plus acides, les arabesques et les volutes avaient inspiré les graphistes depuis belle lurette.

Le parcours se termine de façon éclatante avec l’année 1974 et les miroirs commandés par Yves Saint-Laurent à Claude Lalanne, encadrés de branchages de cuivre et de bronze doré, motifs naturalistes à la fois simplissimes et sophistiqués, magnifiques échos aux œuvres non moins admirables d’Emile Gallé (girandole Coloquintes de 1902) et de Georges Hoentschel (cheminée ornée de ronces, de tournesols et d’iris, 1900-1902). La boucle semblait alors bouclée… ; mais la mode est paraît-il un éternel recommencement.

Art Nouveau Revival. 1900. 1933. 1966. 1974
Jusqu’au 4 février 2010
Musée d’Orsay
1 rue de la Légion-d’Honneur – Paris 7°
TLJ sf lun., de 9h30 à 18h, le jeu. jusqu’à 21h45
Entrée 9,50 € (TR 7 €)

Images : Bonnie MacLean, affiche pour le concert The Yardbirds, 1967, Paris, galerie Janos © DR et Albert Angus Turbayne, affiche pour "Peacock", Edition. Macmillan’s illustrated standard novels, 1903, Lithographie couleurs Chemnitz, Städtische Kunstsammlungen © Kunstsammlungen Chemnitz / May Voigt

Facebooktwittergoogle_plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading Facebook Comments ...