Jean Fautrier. La pulsion du trait

Dessin de femme pour L'Alleluiah, Catéchisme de Dianus de Georges Bataille, 1947 ADAGP 2014 © Musée du Domaine départemental de Sceaux. Photo Philippe Fuzeau 
Dessin de femme pour L’Alleluiah, Catéchisme de Dianus de Georges Bataille, 1947 ADAGP 2014 © Musée du Domaine départemental de Sceaux. Photo Philippe Fuzeau

Notre ami Jean-Yves est allé à Sceaux visiter l’exposition consacrée à Jean Fautrier. Voici son compte-rendu… allez-y vite, elle se termine le 14 décembre. Et merci à JYL ! 

Le 50ème anniversaire de la mort de Jean Fautrier (1898-1964) donne l’occasion au Musée du domaine départemental de Sceaux de rendre hommage à l’artiste en exposant une centaine de ses œuvres graphiques. Celles-ci proviennent en grande partie du fonds détenu par le Musée auquel le peintre avait fait une importante donation peu de temps avant sa mort.

On sait qu’après avoir commencé à exposer en 1923, Fautrier, faute de ressources, s’était retiré pendant 5 ans comme moniteur de ski en Savoie. Revenant à la peinture à l’aube des années 1940, il rompt avec l’expression figurative de ses débuts, représentée ici un « Nu féminin » peint à la sanguine et à la pierre noire en 1924, et s’oriente vers l’abstraction. La critique le désigne alors, avec Wols et Dubuffet, comme un des pères de l’art informel.

L’exposition présente quelques beaux tableaux, comme « La jeune fille » (1942) ou encore « Le bouquet bleu » (1960), mais ces huiles apparaissent ici trop isolées pour rendre compte des réalisations picturales de Fautrier et notamment de sa technique de « hautes pâtes ». Il semble, en effet, que l’essentiel de l’œuvre peint fasse actuellement l’objet d’une rétrospective de référence consacrée à Fautrier au Japon.

En revanche, l’exposition de Sceaux donne à voir les célèbres « Otages », propriétés du Musée. Ces œuvres (encres, héliogravures et eaux-fortes) ont été dessinées par Fautrier sous le coup de l’émotion qu’avait provoquée en lui l’exécution de résistants à Châtenay-Malabry. Ces figures attirèrent, lors de leur première exposition en 1943, les réactions hostiles de certains, mais aussi l’admiration de Malraux, qui y voyait des « hiéroglyphies de la douleur », Ponge ou encore Dubuffet.

On découvrira aussi la série de dessins originaux de nus réalisés pour illustrer l’ « Alleluiah » de Georges Bataille : élégantes arabesques qui donnent tout son sens au titre de l’exposition, « La pulsion du trait », et, qui sous cette forme stylisée, sont un hommage aux femmes, dont Fautrier disait qu’elles étaient, avec la peinture, sa seule raison d’exister.

L’exposition se prolonge par les dessins érotiques accompagnant un autre texte de Bataille, « Madame Edwarda », paru en 1945.

Relativement courte, cette présentation n’a pas d’autre ambition, semble-t-il, que de mettre en valeur les œuvres de la donation Fautrier conservée au Musée, auxquelles s’ajoutent quelques prêts. Elle est déjà intéressante à ce titre. Espérons qu’elle fournira le prétexte pour monter une nouvelle rétrospective (la dernière à Paris date de 1989) que mérite cet artiste solitaire, rétif à tout embrigadement, « insurgé » selon Jean Paulhan, mais qui fut aussi le pionnier d’une nouvelle forme d’art moderne au XXème siècle.

Jean Fautrier. La pulsion du trait

Petit Château et Château du Domaine départemental de Sceaux

Horaires : tous les jours sauf le mardi, de 10h à 13h et de 14h à 17h

Jusqu’au 14 décembre 2014

Facebooktwittergoogle_plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading Facebook Comments ...