El Violin (Le Violon). Francisco Vargas

violonDans les montagnes d’Amérique du Sud, des paysans luttent contre la dictature, dans l’espoir de recouvrer quelques droits, un peu de liberté.
Parmi eux, un grand-père, Don Plutarco, son fils Genaro et son petit-fils Lucio essaient d’améliorer le quotidien en jouant de la musique. Mais l’armée attaque leur village et ils doivent se réfugier dans la sierra, laissant derrière eux un stock de munitions que Genaro essaie en vain de récupérer …
Tel est le point de départ du Violon, qui commence comme un documentaire, dans un noir et blanc superbe installant d’emblée une véritable atmosphère. Petit à petit, l’histoire se développe et c’est un vrai film qui prend corps autour des personnages, tous les trois magnifiques. Chacun à leur manière, chacun protégeant les deux autres, les trois hommes ont en commun un refus obstiné de la cruelle réalité.

La figure centrale est le grand-père, interprété par Don Angel Tavira, vieil homme noueux, raviné, estropié ; mais tellement beau. Il est le violoniste, le tranquille violoniste. Grâce à son instrument, dont il tient l’archet de son moignon bandé, à l’aide d’un ruban qu’il noue et dénoue avec une grâce infinie, il va instaurer un bras de fer, en réalité un jeu de dupes, avec un chef militaire séduit par sa musique …

Le premier long métrage du Mexicain Fransisco Vargas est aussi un film sur la transmission orale d’une culture ancienne : les échanges entre le petit garçon et son grand-père sont le lieu d’un dialogue d’une délicatesse bouleversante.

C’est un film très beau, dur et tendre à la fois.


Le coup de coeur Mag :

La déclaration de Francisco Vargas lors de la présentation du film au public : Nous avons écouté la musique de la montagne et nous avons décidé de la saisir et de l’enfermer dans des boîtes métalliques.

 

Le Violon a été projeté au Festival de Cannes en 2006 dans le cadre de la sélection Un Certain Regard. Il concourait également pour la Caméra d’Or récompensant les premiers films. Don Angel Tavira a reçu le prix d’interprétation masculine dans la sélection Un certain regard.

Mise à jour : Le violon a été édité dans un beau coffret double DVD, contenant le film, le making-of avec des entretiens inédits, mais aussi « Tierra Caliente », le documentaire réalisé par Francisco Vargas en 2004 sur le violoncelliste Don Angel Tavira, futur acteur du film « Le violon ». Le coffret coûte 20 € environ.

Facebooktwittergoogle_plus

Regarder VU : un magazine photographique 1928-1940

vuEn nous proposant de découvrir ou redécouvrir l’aventure du magazine VU, cette exposition nous offre une plongée dans le photo-journalisme des années 30 : on assiste à la naissance d’une nouvelle forme de presse, d’une nouvelle façon de porter le monde à la connaissance du lecteur.

C’est aussi l’occasion de revenir sur une période très dense historiquement, qui a vu émerger des combats significatifs et fondateurs en Europe : le Front populaire, la montée du nazisme, la guerre d’Espagne, …

Le fondateur de VU, Lucien Vogel, était un homme de presse engagé et cela se voit : il publiera plusieurs hors-séries, dont un sur la guerre d’Espagne justement. C’est dans VU que paraîtra pour la première fois la célèbre photo de Robert Capa montrant un républicain espagnol fauché par une balle franquiste près de Cordoue.

Dès le début, Vogel a su faire appel aux grands photographes (Man Ray, André Kertész …), et autour de lui tout un travail sur la mise en page, le choix et la mise en valeur des images s’élabore.
L’espace « La médiatisation photographique » explique comment les rédacteurs vont apprendre à trier trente photos par semaine parmi les deux mille qu’ils reçoivent : choisir des photos, c’est distinguer celles qui permettront au lecteur d’avoir l’impression d’être témoin de l’évènement. Ou comment l’aspect affectif et l’effet spectaculaire prennent le pas sur la ligne descriptive, la singularité esthétique sur la singularité historique.

On assiste ainsi à la naissance de l’exploitation des standards médiatiques, avec les questions qu’elle soulève, et qui sont demeurés identiques depuis plus de 70 ans : celle de notre rapport à l’image, à sa profusion, à la mise à niveau qu’elle fait de tous les sujets qu’ils soient graves ou légers …

Les quatre espaces de l’exposition sont bien pensés. Le visiteur les arpente à son rythme, consulte les fac-similés, s’attarde sur tel ou tel reportage selon sa curiosité, son intérêt ou sa sensibilité, au fil d’une ballade historique, esthétique et journalistique passionnante. Chacun repart l’esprit marqué par une ou plusieurs photos dont il se souviendra longtemps.


Les coups de coeur Mag :

Dans la partie « Portraits publics », la dernière interview de « La Goulue », quelques semaines avant sa mort, où on voit le modèle immortel de Herni-Toulouse Lautrec qui finit ses jours dans une roulotte aux abords de Saint-Ouen, dans la misère. Elle aura besoin de quatre verres d’alcool avant de se souvenir et d’accepter d’évoquer la vedette qu’elle a été, l’autre vie qu’elle a connue, lorsqu’elle était la déesse de Montmartre. Un reportage très émouvant.
Et encore : dans la dernière partie « Le phénomène photographique », florilège de photos énigmatiques, celle des Champs-Elysées sous la pluie à 2h du matin : tout à coup, on dirait un fleuve … De quoi rêver aussi, donc.

Maison européenne de la Photographie 5/7 rue de Fourcy – Paris 4ème
Jusqu’au 25 février, tous les jours de 11h à 20h sauf les lundi, mardi et jours fériés
Tarif : 6 € (TR 3 €)
M° Saint-Paul ou Pont-Marie

Facebooktwittergoogle_plus

De Manet à Picasso

gauguinThe National Gallery à Londres propose du mois de septembre 2006 au mois de mai 2007 une exposition riche et resserrée, qui balaie les années 1860 à 1905.

Période féconde et séduisante s’il en est : Manet, Renoir (superbes Parapluies bleus qui s’entrechoquent), Van Gogh, Seurat, Pissarro et ses émouvants paysages, Degas, Toulouse-Lautrec, Monet, Gauguin (ci-contre), Cézanne, Signac, Picasso bien sûr. Partout beaucoup de grâce et de couleur.

Uniquement des grands maîtres, mais des tableaux que nous n’avons pas déjà forcément vus en original …c’est à la fois la sensation de retrouver des peintres extrêmement populaires et la joie d’en découvrir de « nouvelles » toiles .

Le parcours de l’exposition est chronologique ; il ne mérite pas davantage de complication : on passe de chef d’oeuvre en chef d’oeuvre tout en embrassant les différents mouvements qui se sont succédés ou chevauchés : de l’impressionnisme aux débuts de l’Art moderne en passant par le post-impressionnisme. Bref, c’est presque un « cours », un véritable condensé de ce qui s’est fait de plus significatif et certainement de plus beau en peinture pendant cette période.

C’est aussi Londres : on est agréablement étonnés de voir toutes les catégories de populations se mêler pour arpenter les salles avec enthousiasme et respect. Cela confère à l’exposition, de très haut niveau artistique, une ambiance simple et vivante que l’on aimerait connaître plus souvent dans nos musées …

The National Gallery – Trafalgar Square, London
Catalogue de l’exposition : 7,95 £
Entrée gratuite

Facebooktwittergoogle_plus