Questo buio feroce – Cette obscurité féroce. Pippo Delbono

Pippo Delbono, Questo buio feroce, Cette obscurité féroceLe spectacle s’ouvre sur un homme squelettique quasiment nu allongé par terre, un masque africain cachant son visage.

La lumière augmente progressivement sur le décor de grands murs blancs, jusqu’à devenir aveuglante.
Puis une infirmière entre, s’assoit dos à la scène et commence à compter Uno, due, tre… Défilent alors en claudiquant des malades, corps estropiés, fauteuil roulant, attèle, vieillard. D’autres victimes viendront encore évoquer le mal physique et moral, parfois en se tordant de douleur.

Sur l’immense scène blanche, les personnages se déplacent au ralenti, mais comme pour mieux faire avancer l’effroi. Questo buio feroce, "Cette obscurité féroce" : cette perspective de la mort qui recouvre tout le spectacle.

La pièce a pour origine le livre du romancier américain mort du sida Harold Brodkey, que Pippo Delbono a découvert par hasard lors d’un séjour en Birmanie.
Il en a tiré un spectacle qui peut déranger par les corps qu’il montre (y compris celui d’un enfant trisomique) et par la crudité de certaines scènes et de certains mots.

Mais ce qui dérange le plus profondément est ailleurs, dans l’évocation de la vie, qui est aussi au coeur de Questo buio feroce. Ballet de masques et de costumes brillants, apparences excessives, postures, cinéma et figuration, brefs plaisirs des sens et extrême solitude. Eclat d’une chanson qui ne peut que s’éteindre sur son artifice. Vanité absolue de la vie.
Alors peur de la mort, bien sûr, mais qui semble tenir dans le même mouvement le dérisoire de la vie.

Le spectacle n’est pas seulement dur ; il est aussi très plaisant à regarder et à écouter, car il déborde de couleurs, de musique et de langue italienne. Et son rythme précis et lent participe de la fascination qu’il exerce.
Dans le dernier tableau, une douzaine de personnages en noir, qui sont autant d’évocations de la camarde tournent autour de la scène en se tenant par la main, encadrés par deux arlequins – un enfant et un vieillard. Ce carnaval semble concentrer toute la pièce dans son étrange danse et en constitue un magnifique épilogue.

Questo buio feroce – Cette obscurité féroce
Idée et mise en scène de Pippo Delbono
Jusqu’au 2 février 2008
Théâtre du Rond-Point
2 bis, avenue Franklin D. Roosevelt, Paris-8ème
A 21 h du mar. au sam., à 15 h le dim., représentation suppl. le sam. à 18 h 30
Durée 1 h 30 env. / En italien surtitré
Billets de 10 € à 33 €
Avec Dolly Albertin, Gianluca Ballaré, Raffaella Banchelli, Bobò,
Margherita Clemente, Pippo Delbono, Lucia Della Ferrera, Ilaria Distante,
Gustavo Giacosa, Mario Intruglio, Simone Goggiano, Nelson Larricia, Pepe Robledo, Gianni Parenti
Création au Teatro di Roma en octobre 2006

Tournée :
Du 5 au 7 février 2008 : Le Maillon – Strasbourg
Du 20 au 24 février 2008 : Prato
Les 27 et 28 février 2008 : Maison de la Culture d’Amiens
Du 4 au 8 mars 2008 : Théâtre National de Toulouse
Du 13 au 15 mars 2008 : Scène Nationale de Marseille
Du 18 au 20 mars 2008 : Le Duo de Dijon
Les 25 et 26 mars 2008 : Scène nationale de Saint-Nazaire
Le 29 mars 2008 : Scène nationale de Bayonne
Les 1er et 2 avril 2008 : Scène nationale de Clermont-Ferrand
Du 13 juin au 18 juin : Piccolo Teatro – Milano.

Image : Questo buio feroce © Gianluigi Di Napoli

Facebooktwittergoogle_plus

Une réflexion au sujet de « Questo buio feroce – Cette obscurité féroce. Pippo Delbono »

  1. C’est une oeuvre rude et d’une grande force. La lenteur des personnages, le chant de l’italien en voix-off et la douceur de la musique attenuent heureusement la brutalité qui se dégage. J’ai trouvé le spectacle vraiment intense, qui ne manque pas de sensibilité mais de chaleur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading Facebook Comments ...