Fêter Le Nôtre au jardin des Tuileries

André Le Nôtre, jardin des TuileriesVersailles, Chantilly, Vaux-le-Vicomte, Fontainebleau, les Tuileries : voici cinq jardins rendus célèbres par leur auteur André Le Nôtre (1613-1700), jardinier-paysagiste du Roi Soleil.

Pour fêter le 400ème anniversaire de sa naissance, des manifestations sont organisées cet été sur différents sites. Aux Tuileries à Paris, jusqu’au 30 septembre prochain, une promenade invite à découvrir l’histoire du jardin.

Son origine remonte à celle de la construction du Palais des Tuileries : en 1564, Catherine de Medicis avait fait aménager des jardins avec parterres de broderies, labyrinthes, fontaines, pavillons d’agrément, statues, et même une grotte, "la" grotte de Bernard Palissy…
Un siècle plus tard, André Le Nôtre, fils et petit-fils du jardinier des Tuileries, dessine les plans du jardin de style Classique qui viendra remplacer les jardins Renaissance.
Il ouvre un grand axe d’est en ouest, lancement de la perspective qui se déploiera après lui bien au-delà des Tuileries côté ouest – de son temps, les Champs-Elysées n’étaient encore que des champs… Il crée des terrasses, au nord la terrasse "des Feuillants" et au sud, côté Seine, la terrasse "du Bord de l’eau". Côté est, deux petits bassins symétriques et le grand bassin rond au centre. Côté ouest, le grand bassin octogonal et les terrasses en belvédère auxquelles on accède par des rampes en fer à cheval – alors dépourvues de garde-corps précise un cartel du parcours.
Entre ces deux extrêmes, le "Grand Couvert", la zone boisée la plus dense, quinconces de marronniers et de tilleuls. A l’origine, il s’agissait de bosquets indépendants. Les explications données laissent à penser que sur les quelques 25 hectares du jardin, l’accent était davantage mis sur l’eau et le minéral que sur le végétal, comme si André Le Nôtre avait fait plus œuvre d’architecte que de jardinier.

Aujourd’hui, il est toujours aussi agréable de s’y promener, que ce soit sur sa grande allée pour profiter de sa magnifique perspective, ou sur ses voies moins centrales pour plus de calme, d’y prendre le soleil au bord d’un bassin, ou encore un verre à l’ombre des feuillages. En plein cœur de Paris, le long de l’artère rouge qu’est la rue de Rivoli, on s’y trouve à l’abri du bruit de la circulation et, en le parcourant comme s’il s’agissait d’un musée, on y admire statues de différentes époques et massifs fleuris. En ce moment, c’est un chatoiement de mauves et de violines que quelques touches de jaune viennent flatter. Des massifs sans doute pas tout à fait dans le style Grand Siècle de Monsieur Le Nôtre, mais qu’on aurait bien mauvaise grâce de regretter…

Promenade André Le Nôtre
Jardin des Tuileries
Place de la Concorde – Paris 1er
Entrée libre
Jusqu’au 30 septembre 2013

Facebooktwittergoogle_plus

2 réflexions au sujet de « Fêter Le Nôtre au jardin des Tuileries »

  1. Le 400e anniversaire de Le Notre crée une émulation et un intérêt pour les jardins, les parcs et le paysage.
    Le billet de Mag intervient au moment où des amis paysagistes et urbanistes, d’origines diverses, me parlent des "Rencontres Le Notre"….
    Avant de découvrir le billet, je n’avais pas résisté au n° spécial de Beaux Arts "les jardins incroyables de Le Nôtre" (pas pour le regard d’Alain Baraton, le jardinier de Versailles… mon chroniqueur chaleureux du dimanche matin sur France Inter… coïncidences et convergences)
    Elles permettent de re-situer la promenade du jardin des tuileries dans un ensemble de réalisations
    Oh que de regrets pour les gens du Sud, d’être aussi éloignés…
    Je ne résiste pas, même si, désormais, l’évènement est passé à vous en citer le lien…

    http://www.rencontres-andre-lenotre

    Et… sur vos routes estivales, dans la même rubrique, n’hésitez pas à faire une halte, ou un détour par Chaumont sur Loire…

  2. Le 400e anniversaire de Le Notre crée une émulation et un intérêt pour les jardins, les parcs et le paysage.
    Le billet de Mag intervient au moment où des amis paysagistes et urbanistes, d’origines diverses, me parlent des "Rencontres Le Notre"….
    Avant de découvrir le billet, je n’avais pas résisté au n° spécial de Beaux Arts "les jardins incroyables de Le Nôtre" (pas pour le regard d’Alain Baraton, le jardinier de Versailles… mon chroniqueur chaleureux du dimanche matin sur France Inter… coïncidences et convergences)
    Elles permettent de re-situer la promenade du jardin des tuileries dans un ensemble de réalisations
    Oh que de regrets pour les gens du Sud, d’être aussi éloignés…
    Je ne résiste pas, même si, désormais, l’évènement est passé à vous en citer le lien…

    http://www.rencontres-andre-lenotre

    Et… sur vos routes estivales, dans la même rubrique, n’hésitez pas à faire une halte, ou un détour par Chaumont sur Loire…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading Facebook Comments ...