Le Voyage de Victor. Théâtre de la Madeleine

Le voyage de Victor de Nicolas Bedos, avec Guy Bedos, la MadeleineOn est un peu triste parce qu’on a beaucoup de respect et de tendresse pour Guy Bedos et qu’on a aucune raison d’en vouloir à son fils Nicolas.
Le spectacle a la politesse de la brièveté, c’est bien sa seule qualité : aucune raison de se déplacer jusqu’au théâtre de la Madeleine pour faire ce voyage avec Bedos, écrit par le fils et joué par le père.

Le pitch ? Une esquisse : le vieux Victor (Guy Bedos) semble avoir perdu la mémoire à la suite d’un accident de voiture dans lequel son fils a trouvé la mort. Une « dame de compagnie » (Macha Méril) chargée de l’aider dans sa convalescence essaie de lui faire retrouver le fil de ses souvenirs. Petit à petit, se dévoile un lien passé entre les deux protagonistes.

Deux comédiens célèbres en tête à tête sur une scène bien située dans Paris, avec un lit ou une table voire les deux pour tout décor, la recette gagnante de certains théâtres privés commence à être bien connue. Mais s’ils ne sont pas au service d’un texte consistant, c’est l’ennui assuré. Ici, les bâillements viennent très vite. Les thèmes sont survolés à une hauteur telle que l’on en distingue aucun ; les jeux d’acteur sont si conventionnels que l’on peut fermer les yeux sans rien louper de la pièce. L’ensemble est vieux avant d’avoir été, et dénué du moindre intérêt.

Le voyage de Victor
Une pièce écrite et mise en scène par Nicolas Bedos
Avec Guy Bedos et Macha Méril
Théâtre de la Madeleine
19, rue de Surène – Paris 8° (Tel. 01 42 65 07 09)
M° Madeleine
Jusqu’au 30 janvier 2010
Les mardi, mercredi, jeudi et vendredi à 19 h
Le samedi à 16 h et le dimanche à 18 h
Durée 1 h
Places 32 €

Facebooktwittergoogle_plus

Guy Bedos : Hier, aujourd'hui, demain

Guy Bedos, Hier, aujourd'hui, demainEmotion au théâtre du Rond-Point samedi soir pour le dernier solo de Guy Bedos. Avant, pendant et après le spectacle, il fut longuement applaudi. Salle en grande partie acquise, certes, mais sa prestation a prouvé que la retraite de ce type de "one-man-show" qu’il a décidé de prendre arrive bien trop tôt.
Son humour féroce, voire carrément noir parfois est toujours souverain.

Mêlant sketches déjà connus, tels Si j’étais une femme… à une revue de presse forcément fraîche, le regard de l’humoriste sur la situation politique était évidemment très attendu.

Il n’a pas déçu, se déchaînant presque autant contre une gauche muette et/ou rachetée par la droite ("comme des joueurs de football", comparant à cette occasion les méthodes du Président à celles de Bernard Tapie) que contre les dirigeants actuels.
Hortefeux ? " Il sent trop le blanc ". Boutin ? " Je laisse Christine Boutin, catholique pratiquante, face à son miroir ". Il décoche aussi quelques flèches contre Johnny Hallyday " Réfugié fiscal suisse, belge, monégasque, on ne sait plus très bien ", et autres artistes de " la Concorde ", remarquant qu"on a les soutiens culturels qu’on mérite ".
Mais le point rouge de sa cible reste bien sûr celui qu’il appelle "le nain", " little big ", " Tom Pouce " ou encore " Nabot-léon ", le plus savoureux de ces qualificatifs étant sans doute " le cocu ontologique "

Guy Bedos affirme vouloir se consacrer désormais au théâtre, au cinéma et à l’écriture. C’est un choix que l’on regrette, tant il est peu évident que dans le domaine de la satire politique la relève soit assurée. (1)
" Sur ce point, ma vie est un échec absolu. Je n’ai jamais cessé de combattre le racisme, les discriminations, les injustices sociales, de plaider pour les déshérités et les sans-papiers. Or plus je radote, plus je m’énerve, et plus la situation empire (…) Je suis allé voir Mitterrand, Jospin, Chevènement, Sarkozy, et ça n’a servi à rien. Dans le privé et les salons dorés, tous ces hommes m’ont donné raison, et ils ont toujours fait le contraire. " expliquait-il récemment dans le Nouvel Observateur (2).
Que répondre à cela ?
Que son humour est nécessaire et qu’il nous manque déjà.

Hier, aujourd’hui, demain. Guy Bedos
Théâtre du Rond-Point
Textes de Guy Bedos et Jean-Loup Dabadie
Mise en scène Roger Louret

(1) Exception faite d’une poignée d’artistes dont un des représentants les plus cinglants pourrait être Didier Porte
(2) Le Nouvel Observateur du 13 au 19 décembre 2007, entretien avec Jérôme Garcin

Photo : Guy Bedos © Sandrine Roudeix

Facebooktwittergoogle_plus