Soulages. Centre Pompidou

Exposition Soulages à PompidouL’art de Pierre Soulages est presque une définition de l’art, quelque chose qui nous dépasse et qui nous fait connaître en même temps une expérience de présence au monde parmi les plus fortes, en nous rapprochant du réel, du tangible, de l’humain et de l’infiniment beau.
Son art réunit la sophistication la plus extrême, la simplicité la plus désarmante, la matérialité la plus palpable et les jeux d’optique les plus troublants. Il utilise le noir le plus prégnant pour mieux convoquer la lumière. Il impose une énergique volonté en privilégiant des dimensions monumentales et en choisissant lui-même la façon d’installer ses œuvres. Mais il donne tout le loisir au spectateur d’y tourner autour pour les voir sous de multiples perspectives, de laisser son imagination vagabonder au delà des motifs, des lignes, de l’obsessionnelle non-figuration. Peintre de l’abstraction totale, il est tout autant celui de la matière, goudron sur verre, brou de noix, papier, peinture épaisse, toile.

La rétrospective que le Centre Georges Pompidou consacre à ce jeune nonagénaire, très réussie dans ses choix et dans sa scénographie, permet d’embrasser en mêmes temps et lieu l’ensemble du parcours du peintre Ruthénois. L’on y voit que tout se tient, qu’une étape de son travail en annonce une autre, que les "ruptures", même la révolution de l‘outrenoir n’en sont pas, mais la conséquence logique d’un cheminement cohérent. Telles apparaissent ainsi ses recherches sur la lumière, tantôt en choisissant le verre pour support, tantôt à travers le blanc de la toile strié de noir où la lumière semble passer comme par les interstices d’un volet, ou encore celle qui court sur les effets de peinture, où l’alternance des mats et des brillants créent autant d’effets différents.
Rétrospectivement, on comprend mieux pourquoi il a réalisé les vitraux en verre translucide blanc (une idée de génie) de la splendide abbatiale romane de Sainte-Foy de Conques dans l’Aveyron.

D’ailleurs, au sujet de ses fameux noirs et outrenoirs, ne dit-il pas : "Les gens croient que c’est du noir parce qu’ils ont du noir dans leur tête, en réalité, il s’agit de reflets sur les états de surface de la couleur noire."
Car il est très agréable aussi, au fil de l’exposition, de lire les belles phrases de Pierre Soulages, comme : "La réalité d’une œuvre, c’est le triple rapport qui s’établit entre la chose qu’elle est, le peintre qui l’a produite et celui qui la regarde"
Ou encore : "Ce qui importe au premier chef, c’est la réalité de la toile peinte : la couleur, la forme, la matière, d’où naissent la lumière et l’espace, et le rêve qu’elle porte". On ne saurait mieux dire.

Soulages
Centre Georges Pompidou – Paris IV°
M° Rambuteau
Jusqu’au 8 mars 2010
TLJ sf le mardi, de 11 h à 21 h
Entrée 12 € (TR 9 €)

Image : Soulages © Centre Pompidou

Facebooktwittergoogle_plus

2 réflexions au sujet de « Soulages. Centre Pompidou »

  1. chère mag,

    heureux de lire ton billet "soulages" mais comment pas une ligne sur roger vaillant qui était essentiel par son soutien. Il faut remettre dans le contexte fin des années 50, le noir de Soulages, inadmissible. Et Vaillant écrit un essai sur le "noir de Soulages". C’est beau. Le noir est beau, Soulages est soudain admissible…

    A cette époque Vaillant est influent dans la presse.

    Je crois que les éditions le temps des cerises ont réédités l’essai de roger vaillant

    chère mag mes encouragements éternels …

  2. Hello Jérôme,
    je me souviens, il y a maintenant quelques années, tu m’as fermement invitée à lire Roger Vaillant… Mais je n’ai pas suivi ce conseil-là… je le regrette presque en lisant ton commentaire.
    Donc je vais y penser sérieusement.
    Et mille mercis, belle vie à toi.
    Mag

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading Facebook Comments ...