Georges Vantongerloo, un pionnier de la sculpture moderne

Vantongerloo, Cateau-CambresisNatif d’Anvers installé très tôt en France, Vantongerloo (1886-1965), peintre et sculpteur peu connu du grand public est pourtant une figure importante de l’avant-garde européenne.

Formé à la statuaire traditionnelle, il entreprend dès 1917 un processus d’abstraction et de géométrisation des formes qui fait de lui avec ses constructions dans la sphère l’un des inventeurs de la sculpture moderne.
En peinture, dans la veine de Mondrian, Kandinsky et Malevitch, ses recherchent se portent sur la couleur, envisagée notamment comme vocabulaire musical, dans une approche théorique et doctrinaire fidèle à la "tradition" de l’avant-garde.

A la même période, dans les années 1920, son entreprise géométrique se porte également sur l’architecture et le mobilier, avec une approche mathématique aussi rigoureuse qu’utopique. Bien de son temps, il participe au groupe puis à la revue Cercle et Carré et fonde avec Herbin l’association Abstraction-Création qui donnera lieu à des publications entre 1932 et 1936.

A cette époque, l’abstraction géométrique de Vantongerloo se traduit par des tableaux "algébriques", où il joue avec les lignes, les formes et les nombres d’une façon radicale. Une extrême doctrinaire qui visiblement ne pouvait conduire qu’à la rupture. Celle-ci a lieu à la fin des années 30 ; le formalisme, épuisé, cède la place à une subjectivité enfin libérée.

Le choix de la courbe apparaît alors comme une évidence ; en peinture, de fines lignes sinueuses sur fond blanc autorisent la légèreté. Cette période annonce les dernières étapes, les plus séduisantes, de son parcours : à la fin des années 1940, ses sculptures en fil métallique puis, à partir de 1950, en plexiglas.
Avec ces objets très sphériques, spirales et astres en orbites, Vantongerloo adopte une vision cosmique, rendue proche grâce à la dimension réduite des oeuvres.
La transparence du plexiglas, qui en fait presque une non-matière dans la négation de la couleur apparaît comme l’aboutissement de la "poétisation" poursuivie par l’artiste depuis sa rupture avec l’abstraction-géométrique.
Cette poésie et cette beauté sont magnifiquement mises en valeur par les clichés en noir et blanc pris par Ernst Scheiddeger – connu pour ses photos de Giacometti – dans les années 1950.

Georges Vantongerloo : un pionnier de la sculpture moderne
"De la sphère à l’aurore boréale »
Jusqu’au 2 mars 2008
Musée Matisse Le Catau-Cambrésis
Palais Fénelon – 59360 Le Cateau-Cambresis
tél. : 00 33 (0)3 27 84 64 64
Tlj sauf le mardi, de 10 h à 18 h
Entrée 4,50 € (TR 3 €), gratuit les 1ers dimanches du mois
Visites guidées le samedi à 15 h et le dimanche à 10 h 30
Accès : à 90 km de Lille et 170 de Paris ; les week-ends et jours fériés un train Corail Intercités fait la liaison Paris/Le Cateau-Cambresis.

Image : Ernst Scheidegger, Photo de l’œuvre de Georges Vantongerloo Nucleus, 1946, Collection JaKob Bill © Neue Zürcher Zeintung, 2007

Facebooktwittergoogle_plus

Julio Gonzales au Centre Pompidou

Julio GonzalesHarmonie, beauté, cohérence : malgré la diversité des inspirations nettement visibles ici ou là dans les oeuvres du catalan Julio Gonzales (1876-1942), l’exposition qui se tient jusqu’au 8 octobre au Centre Georges Pompidou imprime le sentiment d’une homogénéité certaine.

On sent la solitude de l’artiste qui a souvent regardé autour de lui, fréquenté et travaillé avec ses contemporains – notamment avec Picasso dont il fut le praticien pour la réalisation de ses constructions en fer entre 1928 et 1932 –, mais s’est toujours gardé de s’engouffrer complètement dans le souffle solide des courants de son temps, en particulier le surréalisme et le cubisme.
Ces mouvements ne seront qu’approchés, inspirés, frôlés.

L’exposition met merveilleusement en évidence le parcours de l’artiste inventeur de la sculpture en fer, dont l’influence sur l’évolution de l’art au XXème siècle fut indéniable.

Ce parcours, c’est une origine – la ferronnerie d’art familiale –, des débuts – dessins magnifiques à la Degas dans les années 1910 à 1914 –, du talent – remarquable de bout en bout sur tous les supports qu’il a exploités –, des recherches – qui ont la grâce de demeurer « invisibles » –, un regard éveillé et curieux – cf. les influences –, parcours qui s’achève par un retour aux débuts (forcé, il est vrai par le manque de matières premières pendant l’occupation) avec le dessin, mais complètement transformé, moderne, au trait puissant et expressif.

L’évolution de ses créations sculpturales est remarquable. Aux nus féminins en bronze, tour à tour sensuels et mélancoliques succèdent les premiers reliefs en fer, visages découpés à même la feuille de métal.
Il adjoint vite barres et plaques pour élaborer des oeuvres dans lesquelles les espaces vides créés autour de la matière sont partie intégrante de la sculpture. Julio Gonzales parle alors de « dessin dans l’espace ». Ce sont des oeuvres autour desquelles on aime tourner, pour découvrir autant d’aperçus différents que d’angles de vue, tels cette Petite danseuse, cette Chevelure, ou Le Rêve Le Baiser (1934) aux proportions parfaites, tout en légèreté, force et dynamisme. Ou encore, l’une des plus belles sculptures de l’exposition, L’Ange, L’Insecte, La Danseuse (1935), silhouette hybride humaine et zoomorphe, tout droit sortie du fantastique.

Après la célèbre Montesserat, sculpture réaliste de femme criant (exposée près du Guernica de Picasso dans le pavillon espagnol de l’Exposition internationale de Paris de 1937), symbole des souffrances du peuple espagnol pendant la guerre civile, les dernières sculptures, à la fin des années 1930, une fois encore à la frontière du réalisme et de l’abstraction, mi-cactus mi-figures humaines, expriment de façon très manifeste la violence de l’époque en Europe. Ce sont les seules oeuvres porteuses d’agressivité.
Les autres évoquent des émotions plus « rentrées », mais aussi vie et mouvement.
Et, toujours, ressort une singularité, une profonde puissance créative, un élan vital hors du commun.

Julio Gonzales
Centre Pompidou
Jusqu’au 8 octobre 2007
Tlj sauf le mardi de 11 h à 21 h
Entrée « musée et expos »10 € (TR 8 €)
Catalogue 340 p., 49,90 €

Image : Jeune fille fière (1934-1936), Bronze, ADAGP- Coll. Centre Pompidou,Paris, Dist. RMN (photo : Philippe Migeat)

Facebooktwittergoogle_plus

Norman Dilworth, Une évolution naturelle

Norman DilworthNorman Dilworth, artiste anglais dont le musée Matisse Le Catau-Cambresis présente la première rétrospective en France jusqu’au 30 septembre, a sa façon bien à lui de parler de ses oeuvres.

Il montre des carrés de bristol noirs et blancs, dans lesquels il a découpé des formes géométriques. A partir de ces gabarits, il explique comment ont été élaborées les « sculptures » accrochées au mur.

Certaines sont si minces que, de loin, on pourrait y voir des tableaux. Une ambiguïté qui s’explique au regard du parcours de l’artiste, qui, après sa formation classique en peinture et en sculpture, a commencé par dessiner (alors très influencé par Giacometti, qu’il avait rencontré lors d’un séjour à Paris), avant de réaliser ses premières sculptures métalliques, très fines et linéaires.
Malgré l’évolution de ses travaux, cette prégnance du trait ne quittera guère Dilworth-sculpteur.

Etrange résultat donc, que ces sculptures murales en noir et blanc, où le blanc du mur « fait partie de l’oeuvre » ainsi que l’artiste le souligne.
Mais si l’on suit bien ses explications, avec un zeste de logique et surtout quelques rudiments de géométrie, on s’aperçoit que l’étrange demeure fort éloigné de la genèse des oeuvres de Norman Dilworth.
En réalité, il joue avec les règles mathématiques, créant des maquettes dans un premier temps, avant de transposer la sculpture dans des dimensions qui peuvent parfois être monumentales.

Son axe géométrique fétiche : l’angle. En découpant un volume ou une surface, par exemple carrée, et en repositionnant les différentes parties ainsi créées, il développe « l’idée de progression dans l’enchaînement des angles ».

On voit alors la rigidité de la forme d’origine éclater en légèreté et mouvements. Un dynamisme particulièrement saisissant avec Parts of a square (1985), Black and white line ( 1985-2006), Half by half by half by half (1988) en bois peint, ou la très grande sculpture en acier Toon (2007), spécifiquement créée pour l’exposition.

Mais Norman Dilworth, malgré ses explications parfois dignes d’un cours de géométrie ne se prend pas pour autant au sérieux : « C’est le jeu de la manipulation qui me plaît. J’aime beaucoup le mot français ludique » déclare-t-il.
Ce qui fonde ses créations, c’est la multiplication des expérimentations ; il n’est pas là pour « raconter une histoire » ajoute-t-il.

Certains trouvent à quelques unes de ses oeuvres des airs de ressemblance avec le monde végétal ? L’artiste ne peut les contredire, puisqu’il s’est lui-même amusé à les nommer Branching (1994) ou Puff ball (Fleur de pissenlit, 1972).
Cela étant, il affirme qu’il n’a pas la volonté de reproduire la nature ; simplement, à force de manipuler des formes mathématiques élémentaires, il aboutit à un résultat proche de ce qui existe effectivement dans la nature.

Mais la création la plus impressionnante est certainement la dernière du parcours, pour laquelle il fallut repousser les cloisons : 1.2.3.4.5. (1997/2007).
On y retrouve le jeu de la géométrie cher à Dilworth, mais aussi celui de la matière et du vide : l’oeuvre semble sculpter l’air et créer un espace à elle seule, dans lequel on a envie de déambuler, passer dessous et multiplier les perspectives.
On est alors troublé par une succession de sensations opposées, lourdeur et légèreté, confort du « rond » et peur de l’anguleux ; tout à coup on lui trouve de noueuses formes végétales, alors que l’instant d’après on croit voir surgir le monstre du Loch Ness….

Norman Dilworth, Rétrospective Une évolution naturelle
Musée Matisse Le Catau-Cambrésis
8 juillet – 30 septembre 2007
Petit journal (gratuit), catalogue (102 p., 22 €)
Renseignements pratiques : consulter le billet Musée Matisse Le Catau-Cambresis

Image : 1.2.3.4.5. (1997/2007), photo Philip Bernard

Facebooktwittergoogle_plus

Les messagers. Annette Messager au Centre Pompidou

annette messagerAvec l’exposition Les Messagers, vaste panorama de l’oeuvre d’Annette Messager, le Centre Pompidou invite à l’exploration de l’univers fantastique d’une artiste majeure de la création contemporaine. (1)

Le visiteur n’en sortira pas déçu : Annette Messager fait preuve d’une audace et d’une inventivité exceptionnelles.

Elle s’empare de matériaux simples et tout domestiques, bouts de laine et de tissu, sacs plastiques, ficelle et caoutchouc, pour créer des installations insolites et surprenantes, toujours "en bordure" du réel.
Car elle part de sujets simples, corps humain, animaux, objets du quotidien, pour en déranger la figuration, déplacer le regard, déstabiliser le spectateur, qui est en permanence balotté entre l’émerveillement et la frayeur.

C’est particulièrement le cas avec ses grandes installations, dont les composantes sont des membres du corps humain, en mousse tendue de tissu ou de simili noir, ou bien des pantins de chiffon, ou encore des peluches animales : suspendus, tantôt ils glissent sur un câble dans un tournoiement sans fin, tantôt ils s’élancent à la verticale, sous la menace constante de la chute.
Aucun des mouvements qui les agitent n’est prévisible ; il y a des chocs, d’autres sont évités de justesse…

Si Annette Messager affectionne ce qui "pendouille", elle se penche aussi sur ce qui gît, telle cette pauvre vache condamnée à tourner inlassablement couchée sur son flanc… Ou l’indescriptible installation Gonflés-Dégonflés, au rythme et au souffle proprement fascinants.

Rares sont donc les oeuvres simplement accrochées.
Lorsque l’artiste s’y résout, c’est pour utiliser au maximum l’espace dégagé sur le mur : sous de petites photos en noir et blanc montrant des paumes de mains décorées, elle écrit au crayon de couleur, à même le mur et répétés à l’infini, des mots comme solitude, surprise, promesse, rencontre, crainte, hésitation, confiance

Annette Messager est aussi une grande collectionneuse ; elle classe et aligne, parfois se contente d’entasser : ici la collection de poupée, là celle de sacs en plastique, plus loin celle de livres… sans oublier Les pensionnaires, alignement de tout petits oiseaux emmaillotés.
Dans une pièce que le visiteur ne fait qu’apercevoir par quelques ouvertures, elle a rassemblé de grandes séries de photos de magazines de femmes : portraits de femmes d’un côté ; femmes en train de s’administrer des soins corporels d’un autre.
Cette Chambre secrète de la collectionneuse est symbolique des inspirations d’Annette Messager : une certaine féminité, ou une certaine vision de la féminité, avec ses intérieurs, ses placards, ses amas de "choses", photos, étoffes ; mais qui déborde aussi de manies enfantines, peluches, poupées, mots répétés, crayons de couleur.

Tout un chacun peut découvrir en entrant dans le hall du Centre Pompidou le curieux mélange de l’univers de l’artiste, avec la spectaculaire installation La Ballade de Pinocchio à Beaubourg spécialement réalisée pour le Forum : le tragique des corps fragmentés et estropiés cohabite avec le jeu des polochons au milieu desquels circule un petit train transportant une figurine de bois qui n’est autre que Pinocchio…

Toute l’oeuvre d’Annette Messager porte ces ambigüités et ce balancement : quotidienne et extraordinaire ; grave et innocente ; mouvementée et gisante ; noir et blanc et colorée ; violente et rassurante … comme un concentré de vie, sur lequel souffle un vent de créativité et d’humour renversant.

Les messagers, Annette Messager
Centre Pompidou (2)
Place Georges Pompidou – Paris 4ème
Jusqu’au 17 septembre 2007
Tlj sauf le mardi de 11 h à 21 h, le jeudi jusqu’à 23 h
Entrée 10 € (TR 8 €)
Nouvelle parution de la monographie Annette Messager
Sous la direction de Sophie Duplaix
Coédition Centre Pompidou/Editions Xavier Barral (juin 2007)
608 pages, – 44,90 €

(1) Annette Messager, née en 1943, a représenté la France à la Biennale de Venise de 2005 où elle obtenu le Lion d’Or.

(2) A l’occasion du 30ème anniversaire du Centre Pompidou, c’est Annette Messager qui a conçu l’original Laissez-passer 2007.

Image : articulés-désarticulés, 2002, détails © Centre Pompidou – Adagp, Paris 2007, photo : André Morin

Facebooktwittergoogle_plus

Monumenta 2007. Chute d'étoiles (Sternenfall), Anselm Kiefer

monumenta.jpgLa nef du Grand Palais accueille jusqu’au 8 juillet 2007 Chute d’étoiles, l’exposition inaugurale de Monumenta, un cycle de manifestations qui invite désormais chaque année un artiste contemporain à présenter un ensemble d’oeuvres spécialement créé pour le lieu. (1)

Anselm Kiefer, artiste allemand né en 1945 et vivant à Barjac dans le Gard depuis une douzaine d’années a merveilleusement investi la cathédrale d’acier et de lumière du Grand Palais.

Il semble même y avoir recréé un monde : sous la haute voûte qui regarde le ciel, Kiefer donne au visiteur l’impression rare d’embrasser l’univers.

Au sentiment de chaos qui le saisit d’emblée, face à l’immense tour de béton brisée, gisant dans les parpaings épars et la poussière, succèdent sept maisons de tôle qui révèlent l’une après l’autre une inspiration différente, mais forment un tout d’une grande cohérence.

On est face à une véritable vision d’artiste, dont les recherches tournent autour de la nature et de ses éléments – le ciel, l’océan, la terre, le végétal – , de ce qui existe de plus ancien – l’herbier de fougères – , de ce qui meurt et renaît – les étoiles.
Son oeuvre aussi singulière qu’universelle, faite autant de « matière » que de peinture, parle de voyages, de cycles et de mouvement, y compris celui de l’Histoire, de ses textes et de ses guerres.

Par cercles concentriques, elle finit par toucher ce qui apparaît comme le "noyau dur" de Chute d’étoiles, la littérature.
La bibliothèque de plomb et de verre, fascinante – point d’orgue de l’ensemble – fait écho aux hommages rendus dans les maisons précédentes au Voyage au bout de la nuit de Céline, au poète Paul Celan et à la poétesse Ingeborg Bachmann.

Chacune de ses créations est surprenante, puissante, immédiatement séduisante.
Malgré les destructions, subsistent des tournesols, sur les immenses champs d’argile poussent des fleurs colorées : le lyrisme des oeuvres d’Anselm Kiefer n’est pas seulement beau et poignant – il est rassurant.

Chute d’étoiles (Sternenfall), Anselm Kiefer
Monumenta 2007
Jusqu’au 8 juillet 2007
Grand Palais, av. Winston Churchill – Paris 8ème
Métro : Franklin Roosevelt, Champs-Elysées-Clémenceau
Bus : 28, 32, 42, 72, 73, 80, 83, 93
Personnes à mobilité réduite : accès avenue Winston Churchill
Ouvert tous les jours sauf le mardi
lundi et mercredi : de 10h à 19h ; jeudi à dimanche : de midi à minuit
Audio guide gratuit, médiateurs spécialistes à disposition
Visites guidées à 10h30 lundi et mercredi, à 13h, 15h et 17h tlj sauf mardi
A 19h les jeudi, vendredi, samedi, dimanche
Entrée 4 € (TR 2 €) ; entrée + visite guidée à heure fixe : 8 €
Catalogue de l’exposition : par Philippe Dagen (Editions du Regard), 72 p., 10 €
Hors-série Art absolument, les cahiers de l’art d’hier et d’aujourd’hui, 58 p., 7,50 €

(1) Le sculpteur américain Richard Serra en 2008 (dont une exposition est présentée au Museum of Modern Art à New-York jusqu’au 10 septembre), puis l’artiste français Christian Boltanski en 2009 succèderont à Anselm Kiefer dans la nef du Grand Palais.

Facebooktwittergoogle_plus