Lettres d'Iwo Jima (Letters from Iwo Jima). Clint Eastwood

lettresAvec Mémoires de nos pères, Clint Eastwood a réalisé l’an dernier un film bouleversant dont le point de départ est la prise de l’Ile d’Iwo Jima par les Américains en 1945.

A peine débarqués, les Marines plantent le drapeau américain sur l’île. Un photographe immortalise l’instant ; la photo fait la Une des journaux. Afin de lever les capitaux dont le pays a besoin, le gouvernement s’en empare, exhibe les "héros". Mais aux aux yeux des intéressés, les véritables héros étaient au contraire leurs jeunes compagnons d’armes morts à Iwo Jima.

Clint Eastwood avait magnifiquement filmé les sentiments d’imposture et d’injustice ; le dégoût que les mises en scène patriotiques dont ils faisaient l’objet leur inspirait, y compris celui de soi-même .

C’était un film profondément touchant, terriblement humain.

Lors de la sortie de Mémoire de nos pères, Clint Eastwood annonçait qu’il avait d’ores et déjà tourné un autre film sur cet épisode de la guerre du Pacifique, mais vu du côté japonais.

Du premier au dernier plan, Lettres d’Iwo Jima se déroule sur cet affreux bout de rocher, "où il fait chaud, où il n’y a rien d’autre que du sable noir, des bestioles, et même pas d’eau", comme le dit l’un des personnages principaux, tout jeune soldat, au début du film.
Le nouveau commandant, héros très eastwoodien, organise les préparatifs de la bataille avec vigueur. Lorsque les Américains lancent l’offensive, les japonais sont prêts à tout pour défendre leur "terre sacrée".

D’une mise en scène magnifique, impeccable, servie par une photo noir et blanc nuancée, accompagnée d’une musique sobre, Clint Eastwood signe ici encore un film extrêmement humain.
Il y a un moment où on comprend à quel point son projet est réussi, où Lettres d’Iwo Jima répond véritablement à Mémoires de nos pères. C’est celui où les combats éclatent : les balles sifflent, le sable noir vole sous les tirs, les nuages de fumée se propagent. On tremble pour les japonais terrés dans les tunnels, et on se souvient avoir vu la même scène dans le premier volet du dyptique, et avoir alors tremblé de la même façon pour les Américains.

Là est aussi l’immense talent, la maîtrise totale d’Eastwood : il s’empare d’un sujet, la défaite des Japonais sur Iwo Jima, ce qui est en soi inédit ; et il adopte le regard des Japonais, il est complètement avec eux.
Le film a d’ailleurs été très bien accueilli au Japon où cet épisode douloureux était resté enterré, avec ses 20 000 morts, sur l’île-mémorial.

Avec Lettres d’Iwo Jima, Clint Eastwood poursuit la quête qu’il a entreprise depuis plusieurs films : celle du souvenir, de la mémoire, de l’importance de sa transmission.
Transmission qui se fait ici encore grâce à des lettres, les lettres que les pères ont écrites et laissées aux « enfants ».
Et sur ce thème, Eastwood demeure obstinément magistral ; le dernier plan du film est à couper le souffle.

Lettres d’Iwo Jima (Letters from Iwo Jima).
Clint Eastwood
Etats-Unis, 2006
Durée 2 h 19
A lire : la très bellle interview de Clint Eastwood
dans le numéro de février des Cahiers du Cinéma DVD : Ce film est sorti en dvd

Facebooktwittergoogle_plus

La Revue des deux mondes. Février 2007

revuefevrierLa Revue des deux mondes, fondée en 1829, régulièrement citée par Proust … existe toujours, animée par un comité de rédaction prestigieux.
Voit paraître son dernier numéro est toujours une promesse de richesse.

On apprécie tout particulièrement le Journal littéraire de son rédacteur en chef, Michel Crépu.
Les écrivains qui l’occupent sont classieux, parfois énigmatiques (ce mois-ci, il y est question de F. Sureau, J. Garcin, mais aussi d’un certain Jean de Pange) ; il attire l’attention sur des auteurs auxquels on ne pensait pas, des livres dont on ignorait l’existence. Ses textes sont savants, l’homme est cultivé.
On imagine la bibliothèque avec un grand B. L’ambiance cosy d’un bureau anglais.
Mais le Journal de Michel Crépu fait aussi office de carnet de voyage : son auteur ne résiste pas au plaisir de nous livrer les impressions qu’il ramène de ses pérégrinations. Ce mois-ci, nous voici embarqués au beau milieu d’une cérémonie liturgique orthodoxe à Riga, en Lettonie : « flammes jaunes, fleurs blanches, voix du pope (à peine 30 ans, l’air d’un adolescent à qui l’on viendrait d’annoncer qu’il est Charlemagne), tuba des profondeurs »…

Une grande partie de la Revue est consacrée aux Etudes et réflexions, notamment celle de Marin de Viry. Indépendamment des opinions qu’il exprime, on goûte ses textes fins, clairs, éclairés, ciselés, imagés, réjouissants.
Dans la livraison de février, ses réflexions ont pour point de départ le livre de Marc Lambron sur Ségolène Royal (Mignonne, allons voir …, chez Grasset).

A l’occasion d’un dossier « Comment va la France ? », la Revue publie la première partie des actes du colloque « les Etats de la France » qui s’est tenu à la Sorbonne à l’automne dernier. Autour de la table : Olivier Duhamel, Nicolas Baverez, Ezra Suleiman notamment. Les analyses mettent en perspective la politique française avec la situation dans différents pays étrangers. Eclairant, passionnant.
La suite des débats sera publiée dans les prochains numéros.

En fin de revue, dans le cahier Critiques, on retrouve notamment Catherine Soullard pour une rubrique cinéma ; au programme ce mois-ci La vie des autres et Le Dernier des fous.
Puis les Notes de lecture : on les termine cette fois avec une évocation, bien tentante, des Mille et une Nuits dans la Bibliothèque de la Pléiade …

Politique intérieure, internationale, diplomatie, économie, histoire, philosophie, littérature, poésie, cinéma, musique, histoire de l’art : la Revue des Deux Mondes fournit des matériaux solides pour garder l’esprit ouvert, prendre du recul, nourrir sa culture et sa réflexion, et éventuellement poursuivre le débat ailleurs… Promesse de richesse tenue.

Revue des Deux mondes
Mensuel
En kiosque et sur abonnement, 11 €
Pour lire l’historique de la revue, le sommaire complet, l’éditorial et des articles des derniers numéros :
le site de la Revue des Deux Mondes

Facebooktwittergoogle_plus

La vie des autres (Das Leben der Anderen)

rdaUn soir, au théâtre, la décision est prise en quelques minutes, un échanges de regards, 3 ou 4 phrases : le dramaturge Dreyman – jusque là plus blanc que blanc aux yeux du gouvernement – est devenu suspect : il faut le surveiller, trouver une faille et s’en débarrasser.

Le motif réel est abject. Nous sommes en 1984 en R.D.A. La politique servait à tout ; couvrait toutes les salades.

En moins de temps qu’il ne faut pour le dire, Dreyman – qui partage sa vie avec une belle comédienne – est mis sous écoutes serrées ; un agent de la Stasi, Wiesler, s’installe dans le galetas au dessus de leur appartement et écoute, note tout ce qui s’y dit et s’y fait.
A son visage, l’immuable expression du fonctionnaire zélé, l’insupportable satisfaction de celui qui fait son effroyable devoir – et celle, moins supportable encore, d’y prendre quelque plaisir.
En dessous, dans l’appartement, la vie des artistes comme elle va sous un régime communiste : on essaie de ne pas trop se faire remarquer pour pouvoir continuer à travailler ; mais un ministre vient vous chercher des poux alors que vous dansez avec votre belle ; mais un de vos amis meurt de ne plus pouvoir s’exprimer …
Alors, le silence, les compromis, jusqu’à quand ?…
Wiesler, lui, le premier de la classe du régime, est toujours au dessus, à tout écouter, noter …
Tout ?
Peut-être pas vraiment. Pourquoi ?
C’est toute l’histoire du film.

Très bien fait, bien joué – tous les rôles, principaux comme secondaires sont magnifiquement interprétés – le film a des moments extrêmement forts,qui sonnent très juste ; en particulier tous ceux qui ont trait au rapport de Dreyman avec son ami metteur en scène ; et aussi ceux qui concernent la comédienne, la compagne du dramaturge.

Peut-être l’épilogue donne-t-il l’impression de n’être pas tout à fait nécessaire – pour le spectateur français en tout cas -, donne au film un caractère un peu trop démonstratif dans les bons sentiments.

Qu’importe, après avoir vu La vie des autres, on pense aux metteurs en scène qui se sont suicidés parce qu’on les a empêchés de travailler ; aux machines à écrire qui ne sont pas passées à l’Est, à celles qu’on a fait passer vainement ; aux mots qui n’ont pu être écrits, à ceux qui n’ont pu être lus.
Tout ce silence laisse un poids sur l’estomac, estompe la fiction de « l’homme bon », et laisse, tenace, une affreuse envie de vomir.

La vie des autres
Florian Henckel von Donnersmarck
Allemagne, 2006
Avec : Ulrich Mühe (Wiesler), Sebastian Koch (Dreyman), Martina Gedeck
Durée : 2 h 17
Site officiel du film

Facebooktwittergoogle_plus

El Violin (Le Violon). Francisco Vargas

violonDans les montagnes d’Amérique du Sud, des paysans luttent contre la dictature, dans l’espoir de recouvrer quelques droits, un peu de liberté.
Parmi eux, un grand-père, Don Plutarco, son fils Genaro et son petit-fils Lucio essaient d’améliorer le quotidien en jouant de la musique. Mais l’armée attaque leur village et ils doivent se réfugier dans la sierra, laissant derrière eux un stock de munitions que Genaro essaie en vain de récupérer …
Tel est le point de départ du Violon, qui commence comme un documentaire, dans un noir et blanc superbe installant d’emblée une véritable atmosphère. Petit à petit, l’histoire se développe et c’est un vrai film qui prend corps autour des personnages, tous les trois magnifiques. Chacun à leur manière, chacun protégeant les deux autres, les trois hommes ont en commun un refus obstiné de la cruelle réalité.

La figure centrale est le grand-père, interprété par Don Angel Tavira, vieil homme noueux, raviné, estropié ; mais tellement beau. Il est le violoniste, le tranquille violoniste. Grâce à son instrument, dont il tient l’archet de son moignon bandé, à l’aide d’un ruban qu’il noue et dénoue avec une grâce infinie, il va instaurer un bras de fer, en réalité un jeu de dupes, avec un chef militaire séduit par sa musique …

Le premier long métrage du Mexicain Fransisco Vargas est aussi un film sur la transmission orale d’une culture ancienne : les échanges entre le petit garçon et son grand-père sont le lieu d’un dialogue d’une délicatesse bouleversante.

C’est un film très beau, dur et tendre à la fois.


Le coup de coeur Mag :

La déclaration de Francisco Vargas lors de la présentation du film au public : Nous avons écouté la musique de la montagne et nous avons décidé de la saisir et de l’enfermer dans des boîtes métalliques.

 

Le Violon a été projeté au Festival de Cannes en 2006 dans le cadre de la sélection Un Certain Regard. Il concourait également pour la Caméra d’Or récompensant les premiers films. Don Angel Tavira a reçu le prix d’interprétation masculine dans la sélection Un certain regard.

Mise à jour : Le violon a été édité dans un beau coffret double DVD, contenant le film, le making-of avec des entretiens inédits, mais aussi « Tierra Caliente », le documentaire réalisé par Francisco Vargas en 2004 sur le violoncelliste Don Angel Tavira, futur acteur du film « Le violon ». Le coffret coûte 20 € environ.

Facebooktwittergoogle_plus